De l’information et de la pensée

« Dans la société de l’information, personne ne pense. Nous pensions bannir le papier mais nous avons en fait banni la pensée ». Michael Crishton, écrivain et producteur américain.

L’Algérie vient de fermer les vannes sur le voisin de l’Ouest. La décision a été murement réfléchie. Elle est motivée par des facteurs objectifs, sur le plan économique et politique, en sus d’être inattaquable sur le plan légal. 

Pourtant, il existe toujours une bande d’hurluberlus prêts à relayer toutes sortes de contrevérités et de mensonges pour remettre en cause une décision souveraine et prise en connaissance de cause. Ne nous attardons pas sur les fakenews distillées par les médias affidés au Makhzenqui ont reçu instruction du palais royal de rassurer une population qui se trouvera bientôt à court d’énergie et qui devra désormais payer plus cher son électricité et son gaz, si toutefois elle y accède.

Nous parlons de tous ces pseudo-influenceurs inféodés, ces faux Algériens qui sévissent à partir de l’étranger en relayant la propagande de leurs maitres. Il est vrai que leurs derniers agissements ont définitivement levé le voile sur leur servilité.  Le problème est qu’il s’en trouve toujours certains pour les croire et ergoter sur leur flux incessant d’infox. Car dans le monde d’aujourd’hui, gouverné par la logique du buzz, on ne prend plus la peine de se demander si l’information est vraie. On se précipite pour disserter et étaler ses quelques « connaissances » et pensées sur le sujet.

C’est le cœur même de l’aliénation imposée par les médias sociaux. Ils nous noient d’infos et d’infox, ils titillent la curiosité, voire le voyeurisme latent des esprits faibles, pour nous faire oublier de penser.

Or, l’information n’est rien sans les faits. La pensée, la faculté d’analyse ne s’acquièrent que par l’expérience et la sagesse.  Ainsi, relayer des idées de manières répétitives, sans y réfléchir vraiment, sans analyse profonde et sans réflexion dans les actes reviendrait à brasser du vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.