Social Gate

« Les réseaux sociaux vous rendent vulnérable et n’offrent rien en retour ». You, série américaine.

Le scandale « Future Gate » commence à révéler ses secrets les plus noirs. L’opinion publique est scandalisée par l’arnaque dont ont été victimes des étudiants algériens qui se sont retrouvés dans des pays étrangers, désarmés face à un environnement hostile. Elle est également scandalisée par le rôle joué par certains influenceurs qui n’ont pas hésité à piéger ces étudiants dans le seul but de s’enrichir. 

Mais elle se délecte des détails croustillants de cette sombre affaire, poussée par le même voyeurisme qui alimente l’obsession pour les réseaux sociaux ou plutôt les réseaux antisociaux. Car le problème de fond réside justement dans cette obsession. 

Car, s’il y a une leçon à tirer du scandale « Future Gate », c’est bien celle-ci : le net et plus particulièrement les réseaux sociaux sont une jungle qui n’est régie par aucune règle. C’est une sorte de « Far West » où prospèrent les charlatans et les vendeurs de rêve, d’idées et mêmes d’idéologies et de systèmes politiques clé en main. Ils font commerce de n’importe quelle poudre de perlimpinpin et tous types de mensonges pour gagner, en contrepartie, beaucoup d’argent, bien plus que leurs cohortes de followers ne peuvent s’imaginer. Il serait donc stupide de prendre n’importe quelle ineptie vendue sur les réseaux sociaux pour argent comptant. 

Mais la raison la plus importante à tirer de cette affaire est que le monde virtuel n’a longtemps pas suscité l’intérêt qu’il méritait de la part des pouvoirs publics et des médias. Il a été marqué par un vide sidéral, vite occupé par des énergumènes qui font dans la promotion de la médiocrité. Certains s’interrogent pourquoi certains influenceurs de l’acabit de ceux cités dans le scandale « Future Gate », ou ceux vendant allègrement des pseudo-secrets d’État, ont tant de succès auprès de la population. La réponse est simple. Les gens ont besoin de modèles auxquels s’identifier, tout comme ils ont besoin de médias professionnels et crédibles qui puissent leur fournir une information vérifiée et tout aussi crédible. Contrer les nouvelles menaces qui prennent de l’ampleur sur le web, nécessite de revoir les politiques de communication en profondeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.