Une place au sein de l’Afrique

Le Maroc a-t-il encore sa place au sein de l’Union africaine ? La question mérite sérieusement d’être posée au regard de la posture du régime du Makhzen au sein de l’organisation panafricaine et de son attitude envers les États et les peuples africains. 

Les appels pour l’exclusion du Maroc de l’UA se multiplient. L’irrespect le plus total que les feudataires du Makhzen, en mission commandée, affichent pour l’organisation panafricaine, ses structures, mais aussi son acte constitutif, sont de bonnes raisons pour s’interroger sur les raisons qui ont poussé le Makhzen à acter l’accession du Maroc à l’UA en 2017. Une adhésion qui devait imposer au Maroc de se conformer à l’Acte constitutif et donc de reconnaître l’indépendance du Sahara occidental de fait. Or, depuis, le régime marocain a non seulement multiplié les manœuvres pour se soustraire à ses responsabilités, mais a intensifié le lobbying pour alimenter les divisions au sein de l’UA, en sus d’essayer d’y introduire le cancer sioniste. 

Le récent drame migratoire de Melilla a confirmé les velléités makhzéniennes de s’inscrire dans un agenda qui contredit tous les principes africains et va à l’encontre des intérêts du continent. Le fait que le Makhzen se serve de cette ignominie, de ce massacre innommable, de justificatif pour s’imposer en tant que partenaire privilégié de l’Otan et de l’Union européenne en particulier, ne fait que susciter des interrogations sur l’appartenance du régime marocain à l’Afrique et à ses structures. Des structures au sein desquelles il sévit en toute impunité. C’est justement cette question qui est posée aujourd’hui par la société civile et les intellectuels africains. Hier, l’analyste namibien Vitalio Angula a estimé dans une tribune que « le Maroc devrait être sanctionné par l’UA pour son traitement des migrants du Tchad, du Niger, du Soudan et du Sud Soudan. Il devrait aussi être exclu de l’Union africaine pour avoir constamment montré son mépris pour le reste de l’Afrique ». C’est une position qui reflète bien la situation dans laquelle le Makhzen a mis le Maroc, lequel devait pourtant naturellement évoluer au sein d’une Afrique unie. 

Une réflexion sur “Une place au sein de l’Afrique

  • 13/07/2022 à 08:53
    Permalien

    La question qui s’impose depuis belle lurette est qui gouverne qui, au Maroc en conséquence de cause le makhzen dispose de plusieurs degrés de liberté car il a une méthode d’empirer et d’appauvrir tout un peuple au point que les dissidents politiques sont attaqués partout par cette populace qui se croit avoir droit au chapitre avec le makhzen,ce qui est un faux calcul car personne au monde ne peut attaquer les idées qui restent libres et que tout un peuple abreuve au moment opportun pour une révolution pour un coup d’État militaire.

    La sentence du makhzen aux dissidents politiques est de deux ordres essayer de rendre les dissidents politiques soient des homosexuels soit des putains avec un numéro de téléphone et donc ce genre de sentence est purement sexuel et éventuellement d’essayer de rendre fou les dissidents politiques qui est donc cette sentence ? Rien d’autres est d’origine des lobby juifs afin qu’ils s’enrichissent sur le dos d’un peuple musulman arabe berbère…qui suppose que le peuple marocain et arabe n’est pas libre et danse selon le rythme d’un makhzen qui est le vrai illettré et détourne les intentions d’une populace à faire du mal aux dissidents politiques et on se réferre à 1963 quand tout un peuple avait envahi touargua afin de découdre avec les touaregs les berbères…qui font et faisaient souffrir les citoyens sous la houlette de protéger un système royaliste un makhzen déstabilisé, car tout peuple a besoin d’être retravaillé pour avoir une société démocratique un État de droit

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.