Ce qui fait courir les puissants en Afrique

Emmanuel Macron s’est lancé dans une tournée africaine lundi. Le fait que celle-ci intervienne deux jours à peine après le début du pèlerinage du chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, sur le continent noir est loin d’être un hasard du calendrier. L’offensive diplomatique russe finit par acter le déclin de l’influence de la France sur un continent duquel elle est en train de se faire éjecter en bonne et due forme. 

En plus de la Chine, de la Turquie et même de Washington qui si livrent une bataille d’influence sur un continent où se joue l’avenir du monde, l’Hexagone fait face à l’avancée du rayonnement russe. Une pénétration véhiculée par les enjeux de sécurité alimentaire d’abord. La visite du président de l’Union africaine, le Sénégalais Macky Sall, à Moscou au mois de juin dernier a été annonciatrice d’un rapprochement russo-africain motivé par des intérêts stratégiques liés au commerce des céréales. Un rapprochement acté par Lavrov, grâce à une conjoncture marquée par les tensions sur le marché des céréales, alimentées par la guerre en Ukraine, mais surtout la sécheresse qui affecte les récoltes en Inde, en Europe et en Amérique en sus des pressions inflationnistes. Moscou a d’ailleurs été clair. Ses céréales seront destinées en priorité aux « amis ». Mais, le Kremlin va plus loin et entend capitaliser sur cette conjoncture pour s’implanter en Afrique, continent qu’il avait négligé lors de la Guerre froide et de la Guerre fraiche. Au Caire, Lavrov a affirmé samedi que la Russie aidera ses partenaires à achever le processus de décolonisation. Il est vrai que Moscou affiche depuis quelques semaines des positions qui s’alignent sur les principes défendus par le Mouvement des non-alignés, dans une posture qui plaide pour un nouvel ordre mondial qui bannirait le système hégémonique en place et renforcé par la chute de l’URSS. Or, le propos de Lavrov a un double langage. Celui de l’engagement du Kremlin à accompagner ses partenaires à parachever les processus de décolonisation en éjectant les puissances coloniales et néocoloniales du continent. C’est cela qui fait courir Macron qui craint pour une Françafrique qui n’a plus de place dans une Afrique qui s’émancipe.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.