shares

Le projet d’amendement de la constitution qui sera soumis, le 1er novembre prochain, à référendum populaire, instaure les fondements d’une approche plus globale de la gestion des affaires de l’Etat, a affirmé jeudi à Alger le Premier ministre, Abdelaziz Djerad.

Dans une allocution prononcée, lors du Forum d »affaires algéro-espagnol, M. Djerad a déclaré que l’amendement proposé « élargit considérablement le rôle du Parlement mais aussi de l’opposition, consacre les libertés individuelles et collectives de manière plus claire et confirme fermement le principe du contrôle à tous les niveaux ».

Ce projet ouvre également de nouveaux horizons à la société civile et au mouvement associatif et libère le potentiel créatif et l’initiative privée dans le cadre d’une économie sociale de marché, tout en confiant la mission de contrôle à l’Etat, a-t-il ajouté.

Après avoir rappelé que depuis l’élection du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, l’Algérie « s’est engagée résolument dans un large projet de réformes politique et économique, le Premier ministre a souligné que le Président s’emploie à promouvoir le sursaut national légitime du peuple algérien, le 22 février 2019″ afin de permettre aux forces vives de la société, notamment aux générations montantes, de prendre l’avenir du Pays en main » . APS