Cyclisme : Triplé historique des Suissesses en VTT

Le VTT suisse a connu hier le plus grand jour de son histoire avec un triplé des dames aux Jeux olympiques et l’or pour Jolanda Neff. Jamais une nation n’avait placé trois coureurs sur un podium depuis l’introduction de la discipline aux JO en 1996. Lorsque les Françaises ont franchi la ligne d’arrivée, en 6e (Lecomte) et 10e positions (« PFP »), Neff et ses dauphines Sina Frei et Linda Indergand avaient déjà eu depuis longtemps le temps de se donner une longue accolade et de poser bras dessus bras dessous pour les photographes. A 28 ans, la nouvelle championne olympique fait partie depuis longtemps de l’élite mondiale: championne du monde de VTT marathon en 2016, puis de cross-country et du relais l’année suivante, elle compte aussi quatre titres de championne d’Europe à son actif. Polyvalente, elle mène aussi une belle carrière sur route, où elle a décroché deux titres de championne de Suisse (2015, 2018). Mais elle est aussi une miraculée, grande gagnante du report des Jeux d’une année, en raison de la pandémie. Victime en décembre 2019 d’un grave accident à l’entraînement – pneumothorax et perforation de la rate – elle a en effet bénéficié d’une année supplémentaire pour revenir à son meilleur niveau. Sur le circuit technique et difficile d’Izu, rendu plus compliqué encore par la pluie qui était tombée à verse quelques heures avant le départ, Neff a été impitoyable. Partie seule en tête dès les premiers kilomètres, elle a peu à peu creusé l’écart jusqu’à avoir une marge relativement confortable d’une minute sur ses poursuivantes, avant de gérer son avance. Derrière elle, les grandes favorites françaises Pauline Ferrand-Prévot et Loana Lecomte sont passées totalement à côté de leur course. A 21 ans, Lecomte avait dominé de la tête et des épaules la première partie de la coupe du monde, en remportant haut la main quatre manches sur quatre. Et Ferrand-Prévot, à 29 ans, avait préparé ces Jeux comme l’échéance de sa vie, pour décrocher enfin la seule médaille qui manque toujours à son grand palmarès. Mais Lecomte n’avait pas les jambes. Et Ferrand-Prévot, au coude à coude en tête avec Neff dans le premier tour, a chuté sur un ressaut rocheux, perdant près d’une minute sur la tête.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.