Incendies et assassinat du jeune Djamel Bensmail : Le Mak et Rachad pointés du doigt

Les incendies criminels qui ont ravagé plusieurs wilayas du pays et l’assassinat du jeune Djamel Bensmail entrent dans le cadre des multiples actions de déstabilisation qui ciblent l’Algérie, selon l’analyste politique Mustapha Heddam.

Invité à s’exprimer sur les ondes de la troisième chaine de la Radio algérienne, Mustapha Heddam a accusé ceux qui sont à l’origine des incendies qui ont ravagé de manière simultanée plusieurs wilayas de « travailler pour des officines étrangères ».

Mustapha Heddam souligne à ce propos le rôle actif de « deux nébuleuses qui sont connues et identifiées », le MAK et Rachad. Il rappellera d’ailleurs « le crime abominable perpétré à LarbaâNathIrathèneet qui indique sans équivoque qu’il ya un plan structuré, organisé avec des objectifs criminels connus et reconnus ». L’analyste politique assurera que les objectifs tracés par les commanditaires, « ont été battues en brèche » par le peuple algérien à travers l’élan de solidarité dont il a fait preuve face à ces incendies. Et d’ajouter que l’objectif recherché à travers l’assassinat du jeune artiste de KhemisMiliana, était celui de briser l’élan de solidarité à l’échelle nationale constaté en faveur de la wilaya de Tizi Ouzou, région la plus ravagée par les incendies indiquant que le deuxième objectif vise « à diviser les Algériens », en vain.

Plus clairement, l’analyste politique accuse les mouvements Rachad et le MAK, deux organisations classifiées comme terroristes.Pour étayer ses dires, Mustapha Heddam renvoie aux publications émises par ces deux organisations à travers les réseaux sociaux via lesquels « elles tentent de se soustraire de ce qui s’est passé dans le pays en tentant également de faire porter le chapeau à d’autres personnes  et à l’Etat».Des tentatives qui sont aux yeux de cet analyste politique, une preuve « qu’elles sont véritablement impliquées ».Il laissera toutefois le soin aux institutions de l’Etat de dévoiler après l’enquête, les véritables commanditaires et ceux directement ou indirectement impliqués dans les incendies de forêts ainsi que dans l’assassinat du jeune Djamel Bensmail.L’invité de la radio nationale évoquera ce que l’on appelle les guerres de quatrième génération, « visant à créer des dissensions au sein d’un pays pour le mener au chaos ».Il indiquera en ce sens « les lignes de fractures à exploiter », citant les différences religieuses, ethniques, les droits de l’homme et les droits de la femme, insinuant que ce sont des brèches exploitées dans cette nouvelle guerre dite de 4e génération.

Il rappellera que ces quatre « lignes de fractures »  ont de tout temps été un moyen qui a servi dans les attaques menées contre l’Algérie, citant « les tentatives d’exploitation des Ahmadites en Algérie », ou les « fractures ethniques mettant en opposition les berbérophones et les arabophones », rappelant aussi les attaques « frontales menées par des parlementaires européens au sujet des droits de l’homme et les droits de la femme ».

Il rappellera aussi la récente déclaration du ministre des affaires étrangères de l’Entité sioniste en présence de son homologue du régime Marocain à travers laquelle il dira que « nous sommes inquiets par l’Algérie ».

Boubekeur Amrani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.