Barrage Bouhamdane à Guelma : Baisse sensible des réserves d’eau

Le stress hydrique risque d’affecter la wilaya de Guelma, contrainte de réduire l’approvisionnement des ménages en eau potable.

La rationalisation de l’alimentation en eau potable semble être incontournable. En attendant lasaison des grandes pluies, le volume d’eau du barrage Bouhamdane situédans la localité de Hammam-Debagh, dans la wilaya de Guelma, est descendue à 56 millions de m3 d’eau, nous confie une source relevant de cetteinfrastructure hydraulique. Ladite source a précisé que le total actuel des eaux emmagasinées ne représente que 30 % de la capacité de l’ouvrage qui est de 185 millions de m3. Comparant le niveau actuel du barrage à celui de l’année précédente, le même source a fait savoir qu’à la même période, le bassin d’eau enregistrait un stock de 87 millions de m3, soit un taux de remplissage de 47 %, soit un déficitde 31 millions de m3 d’eau entre les deux dates.Le recul de cette source hydrique est imputé, selon les explications apportées par notre source, à la baisse drastique des précipitations des pluies qui ont caractérisé la saison hivernale précédente. La baisse du niveau d’eau est également due à l’alimentation en eau potable de 6 communes à savoir Guelma, Bendjerah, Hammam-Debagh, Houari-Boumediene Ain-Hassainia, Medjez-Amar et Roknia. Ces communes sont desservies par le barrage Bouhamdane à hauteur de 20millions de m3 d’eau.L’infrastructure assure également l’irrigation agricole pour les besoins du PIGB (Périmètre d’Irrigation Guelma-Bouchegouf) à laquelle sont consacrés annuellement pas moins de 45 millions de m3 d’eau, a détaillée la même source. Celle-ci n’a pas caché son inquiétude quant à la prochaine saison pluvieuse qui, selon notre interlocuteur, risque de mettre toute la wilaya de Guelma dans une situation hydrique délicate, estime que « pour le moment nous croisons les doigts et on prie Dieu, pour que les pluies tombent en quantités suffisantes pour, au moins hisser le niveau du barrage, qui continue de baisser, avec la persistance des chaleurs », a fait savoir le même interlocuteur, qui a expliqué dans ce sillage, que « les fortes températures occasionnent l’évaporation de quantités d’eau ».

Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.