Les écoles fermées pour dix jours, à partir d’aujourd’hui / Covid 19 : la cote d’alerte !

La situation sanitaire est alarmante au regard de la propagation du virus du covid-19 qui se propage à vitesse grand « V ».  Le nombre des contaminations quotidiennes a enregistré un nouveau record pour cette quatrième vague en s’approchant de la barre des 1.400 nouveaux cas. Mais c’est la courbe des contaminations qui inquiète le plus, tout autant du phénomène de la propagation du virus par les enfants scolarisés. C’est dans ce sens que les hautes autorités de l’État ont pris la décision de fermer les écoles pour dix jours à partir d’aujourd’hui. 

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a, en effet, présidé hier une réunion extraordinaire consacrée à l’évaluation de la situation pandémique dans le pays suite à la propagation du Covid-19, durant laquelle il été décidé à titre préventif la suspension des cours pour dix jours dans les trois cycles d’enseignement à compter d’aujourd’hui. « Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a présidé ce jour une réunion extraordinaire consacrée à l’évaluation de la situation pandémique dans le pays en présence des membres du Comité de suivi de l’évolution de la pandémie de Coronavirus, du Premier ministre, ministre des Finances, du Directeur de cabinet à la Présidence de République, de membres du Gouvernement et des responsables d’organes de sécurité », a indiqué un communiqué de la présidence de la République. Et d’ajouter qu’« après un débat approfondi sur l’évolution de la pandémie et les mesures préventives à prendre, il a été unanimement constaté que la situation pandémique dans le pays est jusqu’à présent maîtrisée en dépit d’un rebond des contaminations au Covid-19, notamment en milieu scolaire ». Cependant et à titre préventif plusieurs mesures ont été décidées. Il s’agit en premier lieu de suspension des cours pour une durée de dix jours dans les trois cycles d’enseignement. Pour sa part, la « décision de fermeture des universités revient aux chefs des établissements et des centres universitaires, en tenant compte du calendrier des examens et la possibilité de les reprogrammer au profit des étudiants », précise le communiqué. Par ailleurs, cette réunion a également été l’occasion de réaffirmer le fait que « la vaccination demeure le seul moyen pour atteindre l’immunité collective, notamment après avoir constaté que 94% des patients décédés du Covid-19 n’avaient pas été vaccinés ».  Ce fut également l’occasion de rappeler la nécessité de respecter les mesures barrières. Ainsi, « l’accent a été également mis sur l’impératif respect de l’ensemble des mesures préventives dans tous les espaces commerciaux, les structures publiques, tout en veillant à appliquer la sanction de fermeture immédiate à l’encontre de tout contrevenant, y compris pour ce qui est des moyens de transport collectif », note le communiqué qui fait suite aux récentes instructions du Premier ministre relatives à l’application stricte du dispositif préventif, auquel cas des sanctions seront appliquées contre les contrevenants.

La réunion a également mis l’accent sur le phénomène de l’importation de cas d’infections au virus. « Il a été constaté que certains vols à destination de l’Algérie enregistraient un nombre important d’infections, d’où l’impératif d’un contrôle plus rigoureux et la réduction, en cas de besoin, du nombre de ces vols », a noté le communiqué de la présidence de la République. Enfin et au terme de la réunion, le président de la République « a donné des instructions au Premier ministre, ministre des Finances et au ministre de la Santé à l’effet d’assurer la disponibilité des tests de dépistage, tous types confondus et en quantités suffisantes, tout en facilitant l’accès des citoyens à ces tests dans toutes les régions du pays et en toutes circonstances ». 

Notons que c’est la courbe des contaminations qui inquiète le plus, d’autant qu’elle s’accélère rapidement. Nous sommes ainsi passés en l’espace de quelques jours de moins de 400 contaminations quotidiennes, à 600. Ensuite nous sommes passés de 900 cas à  1.359 cas en 24 heures. S’il est vrai que la responsabilité du variant Omicron, qui se propage beaucoup plus vite que ses prédécesseurs est pointée du doigt, les spécialistes incriminent le relâchement constaté dans le respect des gestes barrière et la contamination dans le milieu familial, notamment par le biais des enfants scolarisés. Les spécialistes s’inquiètent surtout du faible taux de vaccination parmi la population, malgré la disponibilité des doses. 

Chokri Hafed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.