Pêche en haute mer : L’Algérie ne dispose que de 31 bateaux spécialisés 

Deux nouveaux bateaux de pêche d’une longueur de 35 mètres sont entrés en services samedi passé au niveau du port de pêche de Zemmouri dans la willaya de Boumerdes dans le cadre de la campagne de pêche de thon de l’année en cours, a fait savoir hier lors de son passage à la radio nationale Chaîne une, le directeur central du développement de la pêche au ministère de la Pêche et de la Production halieutique, Omar Bellassel qui a précisé que « le troisième bateau sera prêt à prendre le large à partir du mois de juin prochain ». La réception de trois navires de grande dimension, ajoute M. Bellassel, est un exploit et un évènement pour notre pays qui entame ainsi la construction de ces engins avec des techniciens algériens.

En fait, explique le responsable du ministère de la Pêche et de la Production halieutique, « le lancement de la construction de ce genre de bateaux de grande dimension en Algérie entre dans le cadre des instructions  et des orientations du président de la République qui compte développer le secteur de la pêche en comptant sur les capacités nationales outre l’augmentation conséquente de la production nationale en produits halieutiques ». « Une volonté présidentielle qui a été concrétisée grâce aux efforts consentis dans la libération des assiettes foncières nécessaires pour le développement de la construction navale dans des sites proches ders ports de pêches », affirme-t-il.

Par ailleurs, faisant état de l’existence de quelques « 43 unités de réparation et de maintenance des équipements relatifs à l’activité navale et de la pêche dont deux sociétés relevant du secteur public industriel national », M. Bellassel a fait savoir que « l’Algérie dispose, dans le domaines de la pêche et de la production halieutiques, de 5.800 navires de diverses dimensions mais, hélas, en matière de pêche en haute mer, le pays ne dispose, déplore-t-il, que de 31 bateaux spécialisés et équipés pour le pêche au thon ».

« La campagne de pêche au thon débutera le 26 du mois de mai en cours et se poursuivra jusqu’au 1er du mois de juillet prochain » a par ailleurs indiqué le même responsable qui a fait part de « discussions qui se poursuivent encore entre l’Algérie et la Commission internationale de la protection des thonidés dans l’objectif de décrocher une plus grande part de pêche pour notre pays en matière de thon rouge ». Une part estimée pour cette année à quelques 1.650 tonnes, précise-t-il à ce même sujet. Enfin, abordant les difficultés et les conditions de la pêche en haute mer, le Directeur central du développement de la pêche au ministère de la Pêche et de la Production halieutique a souligné l’importance de la formation pour les pêcheurs outre la nécessité de vulgariser parmi la corporation les différentes législations en vigueur dans le monde en matière de pêche en haute mer. Un travail de vulgarisation qui devra, explique-t-il enfin, se diter d’un accompagnement constant pour lever les entraves bureaucratiques qui freinent leurs activités et le développement du secteur. 

Akli Amor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.