Le projet est lancé à Hassi Messaoud : Sonatrach investi dans la production de semences de blé

Du pétrole au blé, le  géant pétrolier algérien, Sonatrach, investi dans les secteurs stratégiques. Elle investit dans l’agriculture, très précisément dans la production de semences du blé. Ce projet est confié à la ferme agricole gérée par la société Agro-alimentaire Activité 3A relevant de la SPA -filiale du Groupe Sonatrach située dans la région de Gassi Touil, dans le sud algérien, très précisément à  Hassi-Messaoud, dans la wilaya d’Ouargla.  À l’arrêt depuis plus de 15 ans, cette entreprise vient de relancer ses activités et inscrit dans ses perspectives la création d’un  pôle d’excellence spécialisé dans la production de semences de blé. «Dans le cadre de l’actuelle saison agricole (2021-2022), nous avons  relancé l’activité de la ferme, mise à l’arrêt depuis plus d’une quinzaine d’années, par la plantation de blé dur destiné à la production de semences”, a indiqué Hassan Benyahia, directeur de production à la Société 3-A. Ce dernier est également chargé de la gestion de cette exploitation agricole. La même source a ajouté que cette ferme s’étend sur « une superficie de 160  HA dont  120 Ha destinés au  maïs ensilé en plus de 10 Ha dédiés pour diverses cultures maraichères”. «Comme première phase, ce plan d’action porte sur la création d’un pôle d’excellence de production de semences et de suivi du comportement de nouvelles variétés, tout en garantissant le partage d’expérience avec les agriculteurs de la région », a ajouté la même source. «L’objet tracé est de court terme s’étendant de 2022 à 2024, période durant laquelle l’on prévoit la  production de semences de blé dur, est de passer de 160 ha emblavés sous-pivots à 350 ha, et de 10 ha à 150 ha pour les cultures maraichères », a-t-il expliqué. Il ajoutera que «la superficie consacrée à la culture du maïs ensilé atteindra les 450 ha ». “Ce projet porte sur l’élargissement des surfaces dédiées à la  phoeniciculture, l’arboriculture fruitière (figuier et grenadier), les cultures maraichères et le caroubier, des genres culturaux qui revêtent aussi une importance dans le plan d’action de la société”, a-t-il poursuivi. Et d’ajouter que «la démarche en question vise à contribuer à assurer l’autosuffisance en semences de  blé, l’approvisionnement du marché local en produits agricoles bio, en plus du développement de la culture fourragère pour accompagner l’activité d’élevage ovin et bovin». «Nous misons sur la transition agro-écologique, surtout à travers l’extension des terrains consacrés aux cultures stratégiques, à leur tête la céréaliculture et la culture du palmier dattier, l’arboriculture-fruitière et les cultures intercalaires», a-t-il fait savoir. Le chef de projet, Mustapha Bouhaouichine, estime qu’«il s’agit d’un programme ambitieux qui a été établi par la Société 3A contribuant au développement des grandes cultures stratégiques en régions sahariennes,  notamment la culture de semences de blé, certifiées par l’Office algérien  interprofessionnel des céréales (OAIC). L’objectif visé étant de répondre aux besoins  des céréaliculteurs». Il a d’ailleurs révélé qu’«une quantité de 6.500 quintaux de semences de blé dur, variété  vitron-catégorie R1 et R2 et 18.500 bottes de paille équivalent de 2.600 ha d’emblavement est attendue au terme de la campagne-moisson battage  2021/2022»; Il soulignera que «le rendement moyen est estimé à plus de 50  Qx/ha». «Des indices probants ont été  obtenus concernant la qualité de la récolte de semences attendues cette  année », a-t-il expliqué. «Cet investissement public  favorise la génération d’emplois au profit de la main d’œuvre locale  qualifiée, tout en leur assurant une bonne prise en charge en matière de formation continue et d’encadrement technique», a-t-il ajouté. Le wali d’Ouargla, Mustapha Aghamir,  a, de son coté, exhorté «les responsables des secteurs concernés à prendre en charge et  répondre à toutes les doléances soulevées par les dirigeants de cette  ferme, notamment celles liées au transfert de la concession au nom de la  Société 3A et l’octroi de l’autorisation pour réaliser de nouveaux  forages destinés à accompagner l’extension de la superficie à 2.000 hectares ». Il a d’ailleurs exprimé sa disposition “ à trouver des solutions appropriées aux éventuelles difficultés qui pourraient surgir». Cette exploitation, de superficie de 1.000 ha au niveau du périmètre agricole  de Gassi-Touil, est dotée de cinq pivots d’irrigation, une pépinière, des serres multi-chapelles, une chambre froide de 900 m3 et une  base de vie pour 160 personnes. La direction des services agricoles de la wilaya d’Ouargla affirme que «le périmètre agricole Gassi-Touil (150 km au Sud-est de Hassi-Messaoud, égal à une superficie totale de 28.000 ha, le périmètre agricole Gassi-Touil (150 km au Sud-est de Hassi-Messaoud) a été crée dans le cadre de la  circulaire interministérielle N-1.839 du 14 décembre 2017, définissant les  dispositions d’accès au foncier agricole relevant du domaine privé de  l’Etat, destiné à l’investissement dans le cadre de la mise en valeur des terres par la concession. Une superficie de 28.000 ha été attribuée aux porteurs de projets, alors que l’opération d’assainissement du foncier agricole a donné lieu à la résiliation de 32 titres de concession et 14 attestations de présélection ayant permis de récupérer 16.054 ha, a-t-on indiqué. S’agissant des travaux de base, la DSA a fait état de l’élaboration d’un projet portant sur la réalisation d’un réseau électrique de 170 km sur le budget communal, en plus d’un programme sectoriel d’électrification agricole destiné à 22 agriculteurs exerçant dans la région. Le projet prévoit aussi l’ouverture de 20 km de pistes agricoles, la réalisation de 61 forages et l’installation de 63 pivots d’irrigation par les propres moyens des investisseurs, ajoute la même source.

Amar Malki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.