Céréales ukrainiennes : Lavrov en Turquie pour « discuter de corridors sécurisés »

Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov se rendra le 8 juin en Turquie pour discuter de la mise en place de « corridors sécurisés » pour le transport des céréales ukrainiennes, a annoncé mardi son homologue turc Mevlüt Cavusoglu.

« Lavrov viendra en Turquie le 8 juin avec une délégation militaire pour discuter, entre autres, de l’instauration de corridors sécurisés pour le transport des céréales. C’est la question la plus importante », a indiqué le ministre qui veut « créer un centre d’observation des corridors à Istanbul ». Il n’a pas précisé quelle forme cette observation pourrait prendre ni le rôle exact de la Turquie. Le président russe Vladimir Poutine s’est dit prêt lundi à travailler avec la Turquie à la libre circulation des marchandises en mer Noire, y compris des céréales provenant d’Ukraine, lors d’un entretien téléphonique avec le chef de l’Etat turc Recep Tayyip Erdogan. Selon M. Poutine, « la partie russe est prête à faciliter le transit maritime sans entraves des marchandises, en coordination avec les partenaires turcs. Cela s’applique également à l’exportation des céréales provenant des ports ukrainiens ».

La Turquie est le principal pays riverain de la Mer Noire, sur sa côte sud, avec la Russie, au nord. Le trafic maritime a été rendu difficile depuis le début du conflit par le blocus imposé par la marine russe aux ports ukrainiens et par la présence de mines marines, dont certaines se sont détachées et ont approché les côtes turques. 

Sur le terrain, l’armée russe a découvert les corps de 152 combattants ukrainiens dans l’aciérie Azovstal à Marioupol (sud-est), et est prête à les remettre à l’Ukraine, a déclaré hier le ministère russe de la Défense. Lors de leurs opérations de recherche dans l’aciérie, où s’étaient retranchés plus de 2.000 combattants ukrainiens, notamment du régiment Azov, pendant plusieurs semaines avant de se rendre aux forces russes mi-mai, « les soldats russes ont découvert un fourgon isotherme » selon le ministère.  «Dans le fourgon, dont le système de réfrigération ne fonctionnait pas, étaient entreposés 152 corps de combattants et militaires des forces ukrainiennes », a-t-il ajouté, affirmant que « quatre mines » avaient été également découvertes sous les corps. 

 « La partie russe prévoit de rendre les corps découverts dans l’aciérie aux représentants ukrainiens », a-t-il assuré, affirmant que Moscou n’avait reçu aucune demande de la part de Kiev pour récupérer ces dépouilles.  Près de 2.500 combattants ukrainiens se sont rendus aux Russes.

Sur un volet, la société russe Gazprom Export a annoncé lundi qu’elle suspendra ses livraisons de gaz à la société d’énergie néerlandaise GasTerra depuis hier en raison de refus de cette dernière de payer en roubles. « A la fin de la journée de travail de lundi (date limite de paiement indiquée dans le contrat), Gazprom Export n’a reçu aucun paiement de GasTerra pour le gaz fourni en avril », ont rapporté les médias locaux, citant Gazprom Export. GasTerra a indiqué qu’elle n’avait pas l’intention de payer le gaz fourni en roubles, a précisé Gazprom, ajoutant qu’elle suspendra les livraisons à partir du 31 mai jusqu’à ce qu’un paiement soit effectué conformément à un décret présidentiel russe de mars. Le président russe Vladimir Poutine a signé le 31 mars un décret sur de nouvelles règles concernant le commerce du gaz naturel avec les pays et régions « inamicaux », aux termes duquel les contrats existants seraient interrompus si ces acheteurs refusaient de payer en roubles. La société énergétique danoise Ørsted a aussi annoncé hier que la livraison de gaz russe vers le Danemark serait suspendue à partir d’aujourd’hui à 6h00 heure locale, après qu’Ørsted a refusé de régler le paiement en roubles. Le gaz représente 18% de l’énergie consommée chaque année au Danemark. La production nationale représentait les trois quarts du gaz consommé en 2019. La Russie est l’une des principales sources d’importation de gaz naturel, selon l’Agence danoise de l’énergie.

R.I.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.