Rentrée universitaire 2022-2023 : 340 000 nouveaux étudiants attendus

Pas moins de 340.000 nouveaux étudiants rejoindront les bancs des universités à la prochaine rentrée.

Le Directeur de la formation et de l’enseignement supérieur au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le professeur Djamel Boukezzata, a indiqué qu’«il a été décidé de relancer la formation des ingénieurs à partir de la prochaine rentrée universitaire, dans les filières des mathématiques et des technologies au niveau de 18 établissements universitaires  répartis à parts égales en attendant sa généralisation lors des prochaines rentrées universitaires». S’exprimant sur les ondes de la chaîne 1 de la Radio nationale, le même responsable a annoncé «l’abrogation, à partir de la saison universitaire 2022-2023, du tronc commun dans les filières des mathématiques et l’informatique ainsi que dans les écoles supérieures spécialisées dans les sciences exactes». Il a, également, souligné «l’élargissement des moyennes permettant de  poursuivre les études supérieures dans les écoles supérieures des mathématiques et de l’intelligence artificielle de Sidi Abdellah». Abordant les dispositions organisationnelles et pédagogiques mises en place pour la prochaine rentrée universitaire 2022/2023, l’invité de la radio a souligné que «les préparatifs se poursuivent dans des conditions normales pour accueillir quelque 340 000 nouveaux étudiants», notant la pression relevée aux niveau des établissements universitaires, en particulier dans l’Algérois ayant enregistré cette année la réussite au baccalauréat de pas moins de  37.000 candidats». Le responsable du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique est revenu sur les critères pris en compte dans le cadre de la sélection selon les filières pour l’inscription à l’université. Ces derniers sont basés, selon Boukezzata, sur la moyenne obtenue lors de l’examen du baccalauréat en plus des moyennes des notes des matières principales, en sus des facteurs liés à la résidence géographique du candidat ainsi que la capacité d’accueil des établissements universitaires».   Dans le cadre de l’accompagnement de l’Université aux politiques de l’État, notamment dans le volet lié à l’orientation vers l’économie et à la sécurité alimentaire, Boukezzata a affirmé que «le ministère travaille sur l’introduction de nouvelles disciplines, notamment au niveau du pôle technologique Sidi Abdallah dans la capitale et au niveau des deux écoles de l’agriculture saharienne».  Évaluant l’expérience de l’École nationale supérieure de mathématiques un an après son lancement, l’invité de la radio a indiqué que «la performance de cet établissement ne pouvait faire l’objet d’appréciation évaluée que dans deux ans». Concernant la question du protocole sanitaire et les nouveaux formats pédagogiques mis en place depuis 2020 au sein des universités, le Directeur de la formation et de l’enseignement Supérieur du a expliqué que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a pris toutes les mesures nécessaires pour accueillir les étudiants, en scrutant d’éventuelles décisions du Comité scientifique national chargé de surveiller la pandémie de covid-19.

Amar Malki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.