Annaba : L’entrepreneuriat féminin à l’honneur

Une journée de consultation et d’échange d’expériences a réuni des femmes chefs d’entreprises pleines d’ambitions.

Une rencontre a été organisée ce jeudi au Centre de loisirs scientifiques (CLS) d’Annaba, regroupant les représentants de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (Anade) et les femmes cheffes d’entreprises financées dans le cadre du dispositif de soutien à l’emploi des jeunes. Présidée par le directeur de wilaya par intérim de l’Anade , la rencontre a concerné plus d’une trentaine de cheffes d’entreprises, dont caractérisées par beaucoup de courage pour avoir eu la ténacité de faire aboutir leurs projets d’entreprises. Les femmes chef d’entreprises présentes à  cette rencontre  ont, au titre de cette journée, fait part des contraintes rencontrées lors de leur parcours. Selon la majorité des porteuses de projets, devenues aujourd’hui, des cheffes d’entreprises « l’entrepreneuriat n’a pas de genre ». Les intervenantes se sont accordées à dire que le domaine de l’entrepreneuriat dépend de la volonté, des capacités et de la nature du projet. Ces dernières n’ont pas omis d’exprimer leurs gratitude et remerciements  pour l’aide et l’accompagnement qui leur ont été apportés par l’ANADE. Il est à noter que plusieurs femmes cheffes d’entreprises, actives depuis des années déjà, sont devenues productrices et disposent d’une clientèle attitrée. Certaines d’entre-elles semblent se concentrer sur l’exportation de leurs produits. Ces femmes cheffes d’entreprises s’estiment en mesure d’investir le monde de l’exportation et capables d’apporter une valeur ajoutée à l’économie  locale et nationale. Des propos traduisant la détermination des cheffes d’entreprises à vouloir porter l’entrepreneuriat féminin au rang de la contribution sans distinction du genre.

Soulignons que la rencontre a été marquée par la présence de la représentante de la Ligue nationale des femmes chefs d’entreprises d’Annaba qui a invité toutes les personnes présentes à adhérer à son organisation afin de protéger leurs activités.  Par ailleurs, et dans ce même contexte, il a été noté que, certaines dont les projets sont encore en attente de concrétisation, sont toujours tributaire des réponses des banques afin de passer à la phase de l’exécution.

Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.