Choumaicha et makrout el Louz

Alors que « Choumaicha » jure sur la tête de « Moulay » être l’inventeur du couscous, revendique corps et âme la paternité du bouzellouf et affirme avoir découvert Deglet Nour bien avant Meriem, la sainte vierge et que son paternel cultivait la chemma qu’il refourguait aux établissements Bentchicou, « Makrout El Louz », lui, vient de se classer quatrième dans le top 50 des meilleurs gâteaux au monde. Ya rabbi oustour, j’ai peur qu’on ne nous le prenne aussi et qu’on nous dise que le « Djari aarrassi » n’est pas Constantinois mais que c’est à Oujda qu’il a été découvert et que le baroud s’entendait déjà dans les fêtes de mariage du côté de Nador !  Il ne faut plus faire confiance par les temps qui courent et ne surtout jamais faire goûter sa cuisine aux voisins. Il faut garder secrètes les recettes, préserver le patrimoine et ne jamais trop étaler notre culture devant « Choumaicha ». Le plagiat est devenu à la mode de l’autre côté, à l’Ouest. Ils ont même fait appel à l’AFP pour dévoyer les origines du Raï.  Zid goulli que la gandoura Fergani vient aussi de Fès ou de Meknes. Là, ça sera l’affront fait aux Fergani qui ne vont sûrement pas admettre ni tolérer ce blasphème.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *