Viandes rouges : Une production de 483 milliards de DA en 2021

La valeur productive de la viande rouge en Algérie a été estimée à 483 milliards de DA en 2021, représentant 17% de la production agricole, a indiqué, hier à Alger, la sous-directrice de l’organisation et développement des filières agricoles au ministère de l’Agriculture et du développement rural, Samah Lahlouh.Cette production est ainsi restée « stable », avec une disponibilité moyenne de 12,34 kg/an/habitant, a souligné la responsable au cours d’une journée d’étude organisée par l’Institut national des études de Stratégie Globale (INESG).Elle a dans ce sens ajouté que des efforts sont déployés pour promouvoir les filières des viandes rouges et blanches, assurer leur disponibilité sur les marchés ainsi que la stabilité de leurs prix.La même responsable a également relevé que l’importation des viandes rouges a connu un  »net recul » entre 2016 et 2021, passant de 133 millions de dollars à 10 millions de dollars seulement, à la faveur de divers investissements visant la promotion de cette filière et la réduction de la facture d’importation.S’agissant de la viande blanche, l’intervenante a souligné que sa valeur productive est estimée à 128 milliards de dinars avec une disponibilité moyenne de 12 kg/an/habitant.Elle a relevé les efforts  déployés pour la promotion localement des aliments de la filière avicole, avec notamment l’élaboration d’un cahier de charges encadrant et régulant l’importation de mais et soja  et l’investissement dans la matière locale de substitution. Selon les statistiques présentées concernant l’évolution des cheptels entre 2011 et 2021, le cheptel ovin est passé de 24 millions de têtes à plus 31,5 millions, le caprin est parti de 4 millions de têtes pour atteindre plus de 5,3 millions en 2021  et le cheptel  camelin est passé de 318.755 têtes à 438 752 têtes en 2021.Le cheptel bovin a connu une stabilité avec 1,7 million de têtes recensées.La journée d’étude sur « la politique agricole et la stratégie de la sécurité alimentaire: étude de cas de l’élevage d’autruches en Algérie », organisée par l’INESG, a été marquée par la présentations de plusieurs communications d’universitaires, scientifiques et éleveurs, axées sur un état des lieux de la filière en Algérie et les mécanismes de son développement.

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *