Annaba : Où est passé le projet du Technoparc de Chaiba ?

Le projet de parc technologique ne semble susciter aucuneattentiondes responsables de la wilaya d’Annaba.

Gelé pour des raisons économiques et financières, le Technoparc de Chaïba, dans la commune de Sidi Amar, attend toujours la grâce des décideurs pour être relancé. Pourtant aussi important soit-il, ce projet de parc technologique ne semblesusciteraucuneattentiondes responsables de la wilaya d’Annaba. Grâce à son université et à la bâtisse du parc technologique déjà existant, au niveau des anciens locaux de l’ENSID, le projet a le potentiel nécessaire pour devenir un pôle de modernité et d’innovation technologique. Or, à ce jour, aucune proposition n’a été formulée pour sa relance. Relevant de quatre projets de Technoparc à l’échelle nationale,dans les wilayas d’Alger, Oran, Ouargla et Annaba, trois ont été dégelés, exception faite pour celui d’Annaba.Le dégel de ses quatre parcs a été annoncé il y’a plus d’un an, grâce à un investissement dépassant les 15 milliards de DA, dégagé parl’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT).Or à ce jour, rien n’a filtré sur la question, du moins en ce qui concerne le Technoparc d’Annaba. Bien que le problème du foncier ne se pose pas pour le parc de la wilaya d’Annaba, aucune échéance n’aété fixée pourla réalisation du parc technologique d’Annaba.Il faut souligner que la concrétisation du technoparcva contribuerà la promotion des TIC et le lancement des startups dans la wilaya d’Annaba. Celle-ci qui, convient-il de le noter, compte un grand nombre de Start-ups et entreprises innovantes, nécessitant un espace pour mieux évoluer.La réalisation du Technoparc d’Annaba va atténuer les contraintes de location auxquelles font face les jeunesporteurs de projets et les entrepreneurs, surtoutque la wilaya d’Annaba estleader dans la promotion des Start-ups. Certes, le parc technologique de Chaiba a été relancé grâce à un investissement de l’Agence nationale des parcs technologiques à hauteur de 4 milliards de DA, un crédit obtenu du Fonds national d’investissement(FNI), mais il n’a toujours pas vu le jour. Et pourtant ce projet est presque semi-fini, puisqu’il est retenu comme souligné sis-dessus dans le siège de l’ENSID. Un espace immense qui ne demande qu’un aménagement et une modernisation des lieux. La mise en service de ce parc est appelée àcréer 500 postes d’emplois directs et indirects. L’emplacement du technoparc sur le site de Chaiba (Sidi Amar), favorise la métropolisation des industries environnantes, localisé à proximité de trois zones industrielles et une université technique. Rappelons que le projet du Technoparc d’Annaba devait être lancé en 2011 et donner naissance à des grappes industrielles en vue de l’accélération du développement du secteur dans la région Est du pays. Un projet qui a suscité l’engouementdes jeunes porteurs de projets, qui en imaginaient déjàles contours. Car, c’est une institution qui devait rassembler les talents dans tous les domaines, les mettre en relation et ainsi créer des startups qui se développeront et ainsi prendront leur envol. Mais à priori, cela n’aura paslieu, du moins jusqu’à nouvel ordre. Pendant ce temps,les espoirs des jeunes entrepreneurs se sont évanouis, puisque le projet est toujours en instance etapparemment, rien ni personne n’est en mesure de le relancer.

Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *