Fête de la Victoire : Des célébrations sous le signe du rassemblement

Le 61e anniversaire de la fête de la Victoire marquant le cessez-le-feu au lendemain de la signature des Accords d’Évian a été marqué hier par diverses célébrations.

Les célébrations officielles de la fête de la Victoire ont été organisées à Boumerdès. Pour l’occasion, le ministre des Moudjahidine et des Ayants droit, Laïd Rebiga a indiqué que le slogan retenu cette année pour marquer les festivités de la Fête de la Victoire   était « rassembleur pour tous les Algériens ». C’est un slogan « conforme et adapté à l’ère de la glorieuse guerre de libération et aux défis auxquels l’Algérie fait face aujourd’hui », a-t-il dit.

Le ministre a indiqué, dans une déclaration à la presse, que le choix de la wilaya de Boumerdes pour abriter les festivités de cette année a été dicté par « la richesse de sa mémoire révolutionnaire et de son histoire qui mérite tout l’intérêt nécessaire ». Boumerdes est riche de « ses symboles et de ses monuments historiques notables », a-t-il ajouté, citant notamment « 42 centres de détention et de torture, un nombre dépassant celui de toutes les autres wilayas du pays, en termes de lieux utilisés par le colonisateur français pour torturer et supplicier les Algériens durant la guerre de libération nationale ».

De son côté, le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger a organisé hier, une cérémonie pour marquer l’occasion présidée par le nouveau ministre Ahmed Attaf, en présence des cadres et du personnel du ministère, de moudjahidine et de diplomates. Dans une déclaration à la presse en marge de cette cérémonie, le ministre a affirmé que « grâce aux Moudjahidine qui ont porté les armes et combattu l’occupation, l’Algérie est libre aujourd’hui et son peuple jouit de la souveraineté et de l’indépendance ». Dans une allocution prononcée à l’occasion, le directeur général de la communication, de l’information et de la documentation au ministère, Abdelhamid Abdaoui a indiqué que la date mémorable du 19 mars « avait marqué la fin d’une longue nuit coloniale ayant duré 132 ans et avait sonné le glas de l’injustice et de la barbarie de l’agresseur bercé par l’illusion de déformer notre identité et d’effacer notre civilisation, notre culture et notre patrimoine mais c’était sans compter sur la volonté d’un peuple libre et déterminé à rester libre et authentique ». Il a en outre souligné que « les négociations d’Evian ont montré le génie du négociateur algérien qui a su, grâce à sa perspicacité et sa foi en la victoire, s’imposer face au colonisateur qui n’aurait pas accepter de s’asseoir, d’égal à égal, à la table des négociations sans la fermeté de la Révolution et la foi de ses chefs en le droit légitime de leur peuple à disposer de lui-même et à imposer l’indépendance ». « Le serment fait aux vaillants martyrs exige de transmettre ce legs honorable aux générations montantes », a-t-il dit. C’est la raison pour laquelle « le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a accordé un intérêt particulier au traitement du dossier de la Mémoire et de l’histoire », a-t-il ajouté. La nouvelle version des sites électroniques des missions diplomatiques et consulaires d’Algérie à l’étranger a été lancée à cette occasion. Dans une déclaration à la presse, le directeur de la modernisation de l’action diplomatique au ministère, Okba Chabi a souligné que cette opération « vient concrétiser le 25e engagement du Président Tebboune relatif à l’introduction de la numérisation dans la gestion du service public ». Dans ce cadre, il a fait savoir que « 141 représentations diplomatiques et consulaires seront concernées par la numérisation », indiquant que le ministère vise à atteindre 4,5 millions de visiteurs/mois de leurs activités web.

Au terme de la célébration, le moudjahid et diplomate, Mohamed Debbah a présenté une communication sur les différentes haltes de la lutte du peuple algérien contre le colonialisme français, soulignant que l’anniversaire de la Fête de la Victoire « fait suite à une guerre qui a duré 132 ans au cours desquels l’occupation française a tenté d’effacer l’identité nationale ». Il a mis l’accent sur l’atrocité du colonialisme français qui a fait subir toutes formes de torture au peuple algérien, lequel a combattu vaillamment et consenti de grands sacrifices pour arracher sa liberté et son indépendance », appelant à suivre leur exemple pour préserver la Mémoire nationale.

Chokri Hafed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *