Sahara occidental: Le CICR appelé à protéger les civils sahraouis dans les territoires occupés

Le membre du Secrétariat national du Front Polisario chargé d’Europe et de l’Union européenne (UE), Oubi Bouchraya Bachir a sollicité, dans une lettre adressée au président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, une coopération du Comité en vue de connaître le devenir des sahraouis victimes de la disparition forcée au Sahara occidental et a appelé officiellement le CICR à protéger les civils sahraouis dans les territoires occupés et à œuvrer à l’application des Conventions de Genève, indiquent mardi des sources sahraouies. Dans cette lettre, Oubi Bouchraya Bachir a mis en exergue l’aggravation de la situation dans les territoires occupés depuis la reprise du conflit armé, en raison de la montée terrible de la répression qu’exercent les appareils sécuritaires relevant de l’occupation marocaine à l’encontre des civils sahraouis. Le membre du Secrétariat national du Front Polisario rappellera que le « passage à tabac de manifestants pacifiques, arrestations arbitraires, torture, assignation arbitraire à résidence et quadrillage militaire des maisons des défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes, sont le lot quotidien des sahraouis » et que « pendant près de 30 années, le peuple sahraoui a placé sa confiance en l’ONU. Le Front Polisario, en sa qualité de représentant légitime et unique, a poursuivi la négociation de bonne foi, dans le cadre des débats organisés par les différents envoyés personnels du Secrétaire général de l’ONU, en dépit de toutes les entraves dressées par l’occupant marocain ». Le Front Polisario a fait part, à l’adresse du Comité international de la Croix rouge (CICR), de son profond regret de voir le régime marocain continuer de commettre des crimes contre les Sahraouis depuis l’invasion et violer le droit humanitaire international, déplorant ainsi le non-respect des consignes relatives au traitement des prisonniers civils, suite à quoi des centaines de Sahraouis ont succombé depuis le début du conflit en 1975. En vertu de l’article 96 (alinéa 3) du protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1949, le Polisario a rappelé, en sa qualité d’un des signataires depuis 2015, son engagement total à appliquer les articles des Accords ainsi que le premier protocole dans le conflit. A travers cette correspondance, le Front a tenu informé le CICR des derniers développements au Sahara occidental, notamment depuis l’échec de la Minurso dans ses missions portant, entre autres, sur l’organisation d’un référendum sur l’autodétermination dans un délai de 18 mois après sa création en juin 1993. 

R.N.

Sahara occidental

Le CICR appelé à protéger les civils sahraouis dans les territoires occupés

Le membre du Secrétariat national du Front Polisario chargé d’Europe et de l’Union européenne (UE), Oubi Bouchraya Bachir a sollicité, dans une lettre adressée au président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, une coopération du Comité en vue de connaître le devenir des sahraouis victimes de la disparition forcée au Sahara occidental et a appelé officiellement le CICR à protéger les civils sahraouis dans les territoires occupés et à œuvrer à l’application des Conventions de Genève, indiquent mardi des sources sahraouies. Dans cette lettre, Oubi Bouchraya Bachir a mis en exergue l’aggravation de la situation dans les territoires occupés depuis la reprise du conflit armé, en raison de la montée terrible de la répression qu’exercent les appareils sécuritaires relevant de l’occupation marocaine à l’encontre des civils sahraouis. Le membre du Secrétariat national du Front Polisario rappellera que le « passage à tabac de manifestants pacifiques, arrestations arbitraires, torture, assignation arbitraire à résidence et quadrillage militaire des maisons des défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes, sont le lot quotidien des sahraouis » et que « pendant près de 30 années, le peuple sahraoui a placé sa confiance en l’ONU. Le Front Polisario, en sa qualité de représentant légitime et unique, a poursuivi la négociation de bonne foi, dans le cadre des débats organisés par les différents envoyés personnels du Secrétaire général de l’ONU, en dépit de toutes les entraves dressées par l’occupant marocain ». Le Front Polisario a fait part, à l’adresse du Comité international de la Croix rouge (CICR), de son profond regret de voir le régime marocain continuer de commettre des crimes contre les Sahraouis depuis l’invasion et violer le droit humanitaire international, déplorant ainsi le non-respect des consignes relatives au traitement des prisonniers civils, suite à quoi des centaines de Sahraouis ont succombé depuis le début du conflit en 1975. En vertu de l’article 96 (alinéa 3) du protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1949, le Polisario a rappelé, en sa qualité d’un des signataires depuis 2015, son engagement total à appliquer les articles des Accords ainsi que le premier protocole dans le conflit. A travers cette correspondance, le Front a tenu informé le CICR des derniers développements au Sahara occidental, notamment depuis l’échec de la Minurso dans ses missions portant, entre autres, sur l’organisation d’un référendum sur l’autodétermination dans un délai de 18 mois après sa création en juin 1993. 

R.N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.