Carnet de campagne : Élever le discours politique

Au douzième jour de la campagne électorale, les chefs de partis politiques se sont une nouvelle fois déployés sur le terrain, déroulant leurs programmes pour les uns, affichant des ambitions gouvernementales, pour les autres, tandis que certains ont saisi l’occasion pour dénoncer les discours véhiculant l’insulte et l’invective.

RND : élever le discours politique

Le Secrétaire général du RND, Tayeb Zitouni, a appelé hier certains leaders politiques à se défaire des discours empreints d’insulte et d’invective. À Tlemcen, le chef de file du RND a invité les partis qui « s’entredéchirent à transcender ces débats creux et stérile » ; les exhortant à un discours reflétant « la prise de conscience quant à la nécessité d’affronter les dangers qui guettent le pays ».   Et de les appeler à faire des programmes de chacun « le seul critère sur lequel baser la compétition électorale, faisant remarquer que « l’insulte et l’invective n’offrent pas de solutions mais bien au contraire elles sèment la zizanie entre les citoyens ».

 Front El Moustakbal : de la Issaba

C’est à partir de Tipasa qu’Abdelaziz Belaid, a plaidé en faveur « d’un investissement sur l’Homme et les valeurs pour la construction de la nouvelle Algérie », après vingt années de règne de la Issaba.

Il soutiendra par la suite que « la construction de l’Homme nécessite du temps », considérant que « la destruction » du citoyen a été provoquée par ces vingt années de règne de la Issaba. Il ajoutera que la date du 12 juin prochain « est déterminante du processus de l’édification de l’Algérie nouvelle et dans le lancement d’une nouvelle ère ». 

MSP : une ambition gouvernementale assumée

Le leader du MSP ne cache pas son ambition et celle de son parti à prendre les destinées du prochain gouvernement post élection du 12 juin, affirmant que cette ambition « est forte et le MSP considère cela comme un droit légitime et logique ».

Tout en s’étalant sur les principaux axes du programme de son parti, Abderrezak Makri citera celui relatif au développement de l’industrie militaire.

En réponse à des appels lancés dans le but de l’ouverture de négociations avec les anciens ministres et autres hommes d’affaires en prison pour des affaires liées à la corruption, en contrepartie de la récupération des avoirs volés, Makri estime que « l’ouverture de ce type de négociations encouragera le recyclage de la mafia ».

El Wassit Essiassi pour une réforme de l’université

Le chef d’El Wassit Essiassi, Ahmed Laroussi a promis à partir de Tébessa, « une réforme » du système universitaire en provoquant des changements « profonds et radicaux », en cas de victoire aux prochaines élections les députés de son parti. Une réforme, dit-il, qui « associera la famille universitaire, enseignants et étudiants y compris », tout en mettant en avant « l’engagement » des candidats d’El Wassit Essiassi, à donner la chance aux enseignants chercheurs de prendre part à l’activité politique en mettant à profit leurs recherches et leurs expériences « à condition de ne pas politiser l’université ».

Jil Jadid : l’implication active de tous

Sofiane Djilali a estimé à travers le discours qu’il a tenu à Médéa, que « l’édification d’un  Etat de droit, garant des libertés fondamentales, passe par l’implication active de  l’ensemble des citoyens, quel que soit leur âge, appartenance ou tendance ainsi que par un partage des responsabilités et des devoirs ».

FLN : un nouveau projet sociétal consensuel

Le secrétaire général de l’ex-parti unique était à Tamanrasset où il a indiqué que « l’Algérie a besoin aujourd’hui d’un nouveau projet sociétal qui soit consensuel pour lutter contre les effets de la corruption et faire face aux nouveaux défis ».

Listes indépendantes : la proximité en maître-mot

Parmi les listes sans étiquettes politiques, l’on retient celle à El Oued « El Wafa El Watani » pilotée par Abdelhalim Zeghdi, expliquant aux citoyens de cette ville du sud du pays, son programme visant « à la promotion » de l’agriculture du sud promettant que les mécanismes prévus à ce sujet « vont transformer la région du sud en un pôle agricole par excellence ». Quant à la liste indépendante « Amlil » (Espoir) au niveau de la ville de Tamanrasset ses représentants ont mis en avant « la nécessité de renforcer les structures sanitaires  dans les zones frontalières et la veille sanitaires pour prévenir les maladies transmissibles ».

Boubekeur Amrani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.