La JSK rate sa finale / Les Canarie pèchent par leur manque d’expérience

On a perdu une finale mais on a retrouvé la grande JSK qui a dominé les terrains d’Afrique durant les années 80 et 90. Les supporters étaient déçus par le score finale de la rencontre face au club marocain du Raja de Casablanca mais, ils étaient unanimes à dire que les canaris ont fait un bon match et que malgré la défait, les joueurs ont gagné en expérience.

En effet, pêchant par leur inexpérience dans les compétitions internationales, les camarades de Benbot ont encaissé deux buts au tout début de la rencontre. Ce qui a compliqué leur situation surtout avec le bouclier défensif constitué par l’adversaire qui voulaient protéger le score.

Bon gré, mal gré, les Canaris ont tenu moralement  bon malgré les buts encaissés et ont pu reprendre les choses en main. La domination était plutôt du côté kabyle mais toujours à cause du manque d’expérience, les joueurs n’ont pas su traduire en buts les occasions  créées. Ce qui était toutefois visible, c’est que les joueurs commencent à former un groupe homogène qui promet de belles choses dans l’avenir. Un avenir qui commence d’ailleurs dans quelques jours avec une autre finale sur le tableau de bord de Lavagne. La JSK est en effet attendue dans quelques jours en finale de la coupe de la ligue nationale de football face au NC Magra.

Pour sa part, dans une déclaration à l’issue de la rencontre de samedi, l’entraîneur Denis Lavagne a mis l’accent sur le manque d’expérience de ses joueurs qui ont malgré tout produit un très beau jeu face à une équipe marocaine bien rodée dans ce genre de compétition. Les Canaris quant à eux jouent leur première finale avec toute la pression charriée.  Pour le coach Lavagne, les joueurs ont mal appréhendé le début de la rencontre. Ce qui, ajoute-t-il, a fait qu’ils encaissent deux buts dans les premières minutes. Coach Lavagne louera ainsi le mental en acier de ses joueurs qui ne se sont pas effondrés malgré les deux buts. Bien au contraire, Hamroun et consorts ont dominé toute la rencontre sans réussir hélas à revenir au score.

Par ailleurs, il convient de signaler que la ville de Tizi-Ouzou a vécu une véritable ambiance festive malgré la défaite. Pour les supporters, les Canaris ont fait une belle prestation et ont bien représenté leur pays sur la scène internationale. L’avenir sera meilleurs, ajoutent-ils, car les Boualia et consorts ont certes perdu cette finale mais ils ont gagné en expérience. C’est aussi une victoire pour le président du club qui tient ainsi une autre promesse faite de redonner à la JSK son prestige d’antan. Le pari est  réussi est de manière magistrale. Deux finales, nationale et internationale, en une saison n’est pas donné à n’importe quel club.

Enfin, rappelons que la JSK détient un palmarès des plus prestigieux avec sept coupes africaines. Un palmarès qui la place parmi les clubs africains les plus connus du continent.

Kamel Naït Ameur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.