Pétrole / Le baril entame la semaine en baisse

Les prix du pétrole reculait, après avoir fini la semaine précédente sur une note positive. Vers 09H55 GMT , le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 74,44 dollars à Londres, en baisse de 1,47% par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour août reculait de 1,50%, à 73,44 dollars.

 « Le marché pétrolier aura probablement du mal à s’orienter dans les semaines à venir tant que les membres de l’OPEP+ ne sortiront pas de l’impasse », explique Caroline Bain, analyste de Capital economics.

Les treize membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés via l’accord OPEP+ n’ont pas réussi la semaine dernière, après déjà plusieurs reports successifs, à s’entendre sur leurs niveaux de production à compter du mois d’août, laissant le marché circonspect.

Les meneurs de l’alliance de producteurs, l’Arabie saoudite et la Russie, avaient proposé d’ouvrir légèrement les vannes pour répondre à la demande montante alors que l’économie mondiale redémarre après la pandémie de Covid-19. Mais les Emirats arabes unis ont demandé à revoir à la hausse leur niveau de production de base, pour pouvoir pomper encore plus, une faveur qui leur a été refusée. Une reconduction tacite du niveau d’offre de juillet aux mois suivants, comme voulu par le ministre saoudien et chef de file du cartel Abdelaziz ben Salmane, est pourtant à même de soutenir les cours du brut.

Mais « une rupture de l’unité de l’OPEP+ pourrait aussi conduire à une course effrénée » à la production parmi les membres, prévient Jeffrey Halley, de Oanda, à l’effet strictement inverse sur les prix.

R.E.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.