ES Sétif : L’équipe va se vider

Le premier joueur ayant officiellement quitté l’Entente n’est autre que Houssem Eddine Ghacha, parti en Turquie s’engager avec Antalyaspor.

La situation à l’ES Sétif va de mal en pis. Après la crise financière, qui a tout écrasé sur son passage, les meilleurs joueurs de l’équipe des Hauts-Plateaux sont sur le départ. Le premier est l’attaquant Houssem Eddine Ghacha, qui a apposé sa signature sur un contrat de trois ans avec le club turc d’Antalyaspor. Le joueur a rallié la Turquie pour finaliser son engagement définitif, après avoir signé un contrat électronique dans un premier temps.  Ayant évolué à l’Amel Bou Saada et l’USM Blida, avant de jouer à l’Entente de Sétif, le natif d’Ouled Djellal était convoité par plusieurs clubs de Süper Lig turque, qui étaient intéressés par son profil. L’autre joueur qui devrait le suivre n’est autre que le latéral gauche, Youcef Laouafi. Celui-ci serait suivi de près par l’ES Tunis, qui pourrait boucler son arrivée dans les tout prochains jours, afin de remplacer l’autre Algérien, Lyès Chetti, dont l’avenir avec les Sangs et Ors est toujours incertain. Laouafi aurait disputé, hier, son dernier match avec l’ESS contre la JS Saoura avant de s’envoler vers la Tunisie. Transféré à l’été 2018 en provenance du MCE Eulma, le joueur de 25 ans a disputé au total 61 matchs toutes compétitions confondues avec l’Entente pour cinq buts inscrits et trois passes décisives délivrées. Autre joueur qui serait sur le chemin du départ, le milieu offensif Abderrahim Deghmoum. Ce dernier, et selon plusieurs sources, a entamé une procédure de rupture de contrat vis à vis de son club, pour salaires impayés (14), auprès de la chambre de résolution des litiges (CRL).  Le joueur de 22 ans dispose de propositions en provenance de Tunisie et d’Egypte.  Les dirigeants de l’ESS sont dans une situation des plus compliquées, sachant que le buteur Amoura est aussi annoncé partant pour la Belgique. Les responsables sont à la recherche de ressources financières, et les appels lancés ici et là par le président Abdelhakim Serrar ainsi que ses collaborateurs, Fahd Halfaya et Kamel Lqaafi semblent tomber dans l’oreille d’un sourd, puisque la situation demeure toujours en l’état, avec des caisses vides et des joueurs qui ne semblent plus avoir confiance en leurs dirigeants.

Abderrahim Mahious

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.