La société civile condamne les pratiques du Makhzen : Appels au renforcement du front interne

La société civile s’est jointe hier à la classe politique pour dénoncer les manœuvres du Makhzen ciblant l’unité de l’Algérie. Ainsi, pour le mouvement syndical, le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), a condamné « les provocations systématiques continues » du Makhzen, s’inscrivant dans le cadre d’une « série de forfaitures » auxquelles nous a habituées le Maroc.Dans un communiqué rendu public, le SNAPAP a dénoncé des « honteuses et récurrentes » et qui « ne reflètent en aucun cas les liens de fraternité entre les deux peuples. Des pratique qui s’inscrivent dans une « série de forfaitures » auxquelles nous a habituées le régime marocain, a précisé le SNAPAP, soulignant que « le Makhzen s’acharne, aujourd’hui, contre l’unité et l’identité du peuple algérien qui demeure conscient de ce qui se trame contre lui par les ennemis de l’Algérie déterminée à barrer la route à ces derniers grâce à ses enfants dignes et loyaux ».Ces manœuvres fomentées par certaines parties et visant, depuis des années, à saper l’unité et la stabilité de notre pays n’auront aucune influence sur le peuple algérien vaillant et uni dans toutes ses composantes nationales, qui a choisi d’emprunter, en toute liberté, la voie des institutions constitutionnelles et d’aller de l’avant pour tourner la page », a poursuivi le SNAPAP.Le Syndicat a appelé le peuple algérien à « unifier les rangs et à soutenir ses institutions contre les complots visant notre pays qui ne peut être construit sans l’instauration de la stabilité et de la quiétude dans tous les coins du territoire national ». De son côté, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a affirmé, estimé dans un communiqué  que l’annonce « officielle et sans équivoque » du Maroc dont la représentation à New York a distribué une note officielle lors de la réunion des Etats des Non-alignés soutenant le droit d’une composante authentique et essentielle du peuple algérien à l’autodétermination, et par conséquent, sa séparation du peuple et du territoire de la République algérienne », équivaut à « jouer avec le feu ».Cela est d’autant que le Maroc  » n’est pas sans ignorer que des voix venant de l’intérieur et depuis de longue haleine, appellent à la constitution d’entités indépendantes, voire même des républiques indépendantes dans des endroits précis du territoire marocain », lit-on dans le communiqué.Pour le CNDH, ce que le Maroc a entrepris est « tout simplement une violation expresse et claire des engagements internationaux énoncés dans les deux pactes internationaux sur les droits civils et politiques (PIDCP) et sur les droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) et aussi une violation flagrante et manifeste de tous les accords internationaux et régionaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par le Maroc, lesquels imposent tous au Maroc le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des Etats membres dans de tels accord et la non-ingérence dans ses affaires intérieures ».

« Les actes constitutifs des Nations Unies, de l’UA, de la Ligue arabe ou encore de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) conviennent à exiger aux pays membres le respect de la souveraineté des autres, l’intégrité de leur territoire, l’unité de leur peuple et la non ingérence dans leurs affaires internes », lit-on dans le communiqué.Le droit international, souligne par ailleurs le Conseil, « confère aux pays le droit de soutenir et d’appuyer les peuples non autonomes, le but étant de leur permettre de jouir de leur droit à l’autodétermination. C’est dire que le soutien apporté aux peuples sahraoui et palestinien est un respect certain des exigences du droit international ».Et d’affirmer que l’Algérie, à l’instar de beaucoup de pays, « ne soutient pas les déclarations du Maroc sur son unité territoriale incluant à tord le Sahara occidental, tel que tente le régime marocain de persuader son peuple ».Tenter de faire de la cause sahraouie une question bilatérale entre le Maroc et l’Algérie, c’est affirmer des propos politiquement et légalement vains, des propos nullement illustrés par la réalité des relations internationales », a conclu le communiqué.

Du côté de la classe politique, l’ANR et le PVP ont eux aussi condamné avec force les pratiques du Makhzen. Pour sa part, l’Assemblée nationale populaire (APN) a affirmé que « la sortie provocatrice »  du Maroc témoigne de « l’échec cuisant » de ses tentatives visant à occulter le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.Cette action, poursuit l’APN, constitue une violation flagrante des us diplomatiques, et témoigne de l’échec cuisant des tentatives marocaines à occulter les faits historiques relatifs au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. »Les complots ourdis par le Makhzen pour déstabiliser les pays de la région ne feront que renforcer l’attachement du peuple algérien à son unité et les composantes de son identité authentique », souligne l’APN. »L’acharnement contre l’Algérie et son peuple ne sauront changer le vécu du peuple marocain frère et ses souffrances multiples, ni encore détourner le regard de la communauté internationale des violations commises par le régime du Makhzen et le pillage des richesses du peuple sahraoui », poursuit la même source.

ChokriHafed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.