shares

Un nouveau scandale d’espionnage vient de secouer la blogosphère. On se souvient de Wikileaks et des câbles de la diplomatie américaine publiés et accessibles à volonté via la toile. Il y a aussi Edward Snowden qui a révélé, en 2013, de quelle manière la NSA surveille les systèmes de télécommunications, voire même les communications de chefs d’États. Aujourd’hui, « Peagasus » choque, bien qu’il ne s’inscrive que dans le contexte actuel de cyberguerre mondialisé. Il choque parce qu’en Europe, on se rend compte aujourd’hui que le cyber espionnage n’est plus l’apanage de la NSA, du MI6 ou des services secrets des puissances rivales comme le FSB russe ou le MSS chinois. Le cyber espionnage est à la portée de lilliputiens comme le Makhzen, jusque-là cantonné au rang de vassal qui a eu l’outrecuidance d’aller zyeuter chez ses maîtres.  

Pour nous, l’affaire « Peagasus » n’est que la confirmation d’une réalité que l’on connaît mais que l’on peine à admettre. Il est vrai que les films hollywoodiens comme « Snowden » ou « The FifthEstate » ont entretenu dans l’esprit du commun des mortels que le cyber espionnage et les cyberguerres ne sont que le fruit de l’imagination d’un scénariste un peu fou, et que cela ne peut concerner que les Américains, un peu comme pour les extraterrestres. Mais, la cyberguerre est une réalité ancrée dans le monde d’aujourd’hui et elle concerne tout le monde. Nous avons appris cette semaine que des milliers d’Algériens avaient été ciblés par le logiciel espion israélien utilisé par les services de renseignement marocains. Qui sait encore quels outils sont utilisés pour nous espionner ? Pas seulement nos dirigeants, nos hommes politiques, nos militants ou nos journalistes, mais nous tous. Mais la question qui demeure est que faisons-nous pour nous protéger ? La mise en place d’une stratégie de cyber sécurité et de cyber défense est en ce sens vitale. Mais en plus de l’action qui doit être menée sur le plan macro, comprenons que la cyber défense nécessite un changement dans les pratiques quotidiennes, des habitudes et surtout des mentalités, au niveau institutionnel, mais aussi individuel. La cyber guerre est une réalité dont on doit prendre conscience, mais la cyber sécurité est une culture qu’il va falloir inculquer.