Jeux olympiques Tokyo-2020 : La course contre le Covid

L’épreuve planétaire, les Jeux olympiques en l’occurrence, est organisée, cette année à Tokyo (Japon), dans des conditions particulières en raison d’une situation sanitaire des plus critiques, imposée par le Covid-19.

Et même si le coup d’envoi officiel sera donné ce vendredi, il n’en demeure pas moins que le risque d’un arrêt en pleine course n’est pas à écarter, selon plusieurs spécialistes, qui affirment que « la course contre le virus n’était toujours pas gagné ». Cette crise sanitaire prédit des JO (reportés déjà d’un an) hors-normes, dans un silence de cathédrale en raison du huis-clos. Ces « Jeux de la pandémie », comme qualifié par le directeur général de l’Organisation mondial de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, se tiennent dans un pays gravement touché. Le bilan quotidien des tests effectués depuis le 1er juillet dernier sur les personnes travaillant sur les Jeux (sportifs, encadrements, médias) affichaient hier 79 cas positifs, sur plus de 20 000 personnes testées, dont 8 concernent des sportifs. Financièrement, ces JO seront particuliers, avec de nombreux sponsors japonais qui continuent de marcher sur des oeufs, face à un événement devenu toxique pour leur image. Etre associé à un événement aussi impopulaire est devenu risqué au niveau de leur image de marque. La marque des Jeux de Tokyo a complètement perdu sa bonne réputation, et ses sponsors ne vont pas exploiter leurs droits associés à l’événement plutôt que de les exercer. Le budget de cet événement est de 13 milliards d’euros, incluant un surcoût de 2,1 milliards d’euros du fait de son report d’un an, mais la facture réelle devrait être encore plus salée. Sportivement, tous les sports (33) présentent une catégorie masculine et féminine, ce qui constitue une première dans l’histoire de cette compétition. Le baseball/softball, l’un des sports les plus populaires au Japon, fera son grand retour olympique. Au programme d’aujourd’hui, soit la veille du coup d’envoi officiel, débutent les épreuves du football et du Softball, alors que le lendemain, ce sera la place aux épreuves de l’aviron et le tir à l’arc. Pour l’Algérie, 44 athlètes de 14 disciplines représenteront le pays. Les disciplines de l’athlétisme, de la boxe et de la lutte, avec huit athlètes chacune, sont les plus représentatives. Viennent ensuite l’escrime avec quatre athlètes, la natation (3), l’aviron (2), le cyclisme (2), le judo (2) et la voile (2). Le reste du contingent algérien est représenté par le canoë kayak (1 athlète), l’haltérophilie (1), le karaté (1), le tennis de table (1) et le Tir sportif (1).

Abderrahim Mahious

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.