Mali : « Tentative d’assassinat » manquée du président de la transition

La justice malienne a annoncé hier  avoir ouvert une enquête pour « faire la lumière » sur la tentative d’assassinat du président de transition, le colonel Assimi Goïta, alors que l’agresseur présumé, dont les motivations et l’identité restent inconnues, était toujours entendu par les services de renseignements maliens.

Deux personnes ont tenté de poignarder le président de la transition au Mali, le colonel Assimi Goïta, mardi matin, durant la prière de l’Aïd al-Adha, à la Grande mosquée de Bamako, mais celui-ci en est sorti « sain et sauf », selon l’entourage du président, cité par l’AFP.C’est après la prière de l’Aïd al-Adha, la fête musulmane du Sacrifice, alors que l’imam se dirigeait vers la sortie de la mosquée pour égorger le mouton que les faits se sont déroulés. Le président Goïta a ensuite été emmené et ne semblait pas avoir été touché, a constaté un journaliste de l’AFP. Selon la même source, il s’agissait d’une « tentative d’assassinat » du président de transition, qui est « sain et sauf. »

Présent sur les lieux, le ministre des Affaires religieuses, Mamadou Koné, a expliqué à l’AFP qu’un « homme a tenté tout de suite dans la Grande mosquée de Bamako de tuer le président de la transition avec un couteau ». Mais « il a été bien maîtrisé avant de commettre son forfait », a-t-il ajouté.La mosquée du roi Fayçal a ensuite été vidée de ses fidèles et ses abords ont retrouvé une quinzaine de minutes plus tard le calme une fois le président de la transition emmené au QG des militaires dans la ville-garnison de Kati à une quinzaine de km de Bamako, selon ses services.

La justice malienne a annoncé hier avoir ouvert une enquête pour « faire la lumière » sur la tentative d’assassinat du président de transition, le colonel Assimi Goïta, alors que l’agresseur présumé, dont les motivations et l’identité restent inconnues, était toujours entendu par les services de renseignements maliens. »Un individu mal intentionné a tenté de porter atteinte à l’intégrité physique du président de la Transition » à la fin de la prière de l’Aïd El-Adha, mardi à la Grande mosquée de Bamako », a indiqué dans un communiqué le procureur du Tribunal de grande instance (TGI) de la commune  de Bamako, Bourama Kariba Konaté. »Face à ces faits (…) d’atteinte à la sûreté de l’Etat et de tentative d’assassinat », une enquête a été ouverte « en vue de faire la lumière autour de cet événement », a-t-il ajouté.

L’auteur présumé de l’attaque, maîtrisé par la garde rapprochée du chef de l’Etat, était toujours entendu hier dans les locaux de la Sécurité d’Etat (les services de renseignement), tandis que la police se charge d’entendre les témoins, a indiqué le commissaire principal Sadio Tomoda, du 3e arrondissement de police de Bamako.L’identité de l’assaillant n’a pas été révélée. Le commissaire Tomoda avait indiqué mardi soir qu’il s’agissait d’un « enseignant », sans plus de détails.Les autorités n’ont jusqu’à présent officiellement privilégié aucune piste quant aux motivations de l’agresseur, dans un pays très instable politiquement et en prise à des violences multiformes depuis 2012.

R.I. avec APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.