Les walis en première ligne

Afin de maîtriser la situation épidémiologique très dégradée

La situation épidémiologique se dégrade très vite et des mesures doivent être prise aussi rapidement pour contenir l’épidémie. À ce titre les autorités locales et particulièrement les walis sont en première ligne dans la gestion du dispositif sanitaire. Ainsi et après les walis d’Alger, Béjaïa, Sétif et Tébessa entre autres, le wali de Mostganem a pris une série de mesures pour renforcer le dispositif sanitaire. Un dispositif qui s’illustre par sa dureté vu que le wali de Mosganem avait opté pour l’imposition du pass sanitaire dans les mosquées avant de se raviser. Et pour cause la question du pass sanitaire n’a pas encore été tranchée par les plus hautes autorités du pays.  En tout état de cause, des mesures draconiennes ont été prises hier par le wali de la wilaya de Mostaganem, Aïssa Boulahia lors de la réunion qui l’a regroupé avec le directeur de la santé où se dernier a présenté un tableau noir de la situation épidémiologique prévalant dans la wilaya. Cette rapide et alarmante dégradation de la situation épidémiologique  essentiellement au niveau des  hôpitaux Che Guevara à Aïn Tadles et Sidi Ali a ainsi poussé le premier responsable de la wilaya à prendre une série de mesures applicables avec un effet immédiat.Il s’agit en premier lieu de la fermeture des salles dans les cafés et les restaurants. La mesure explique le communiqué ayant sanctionné cette réunion, oblige les gérants de ces établissements à enlever toutes les tables et les chaises et ne servir qu’en mode « emporté ». Parmi ces  mesures draconiennes figure en deuxième position, la saisie de tout moyen de transport qui ne respecte pas les mesures sanitaires induites par les protocoles. Ces derniers sont systématiquement envoyés à la fourrière en cas d’infraction, explique le communiqué.  Toujours au chapitre des mesures très strictes, le wali de Mostaganem, ajoute le communiqué, a pris la décision d’interdire l’entrée dans les administrations à tous fonctionnaires non vaccinés. Au niveau des mosquées de la wilaya, le wali qui a au début décidé d’interdire tout accès dans ces lieux de culte aux personnes non vaccinées s’est finalement suffi d’une opération de sensibilisation conduit sur place par des médecins dépêchés pour la circonstance. Les salles des fêtes sont également toujours interdites d’organiser des cérémonies sous peine de tomber sous la coupe de sévères sanctions. Des sanctions qui concernent également tout rassemblement dans des salles fermées.

Des décisions de fermeture seront également systématiquement prises à l’encontre des établissements hôteliers qui ne respectent pas les mesures sanitaires contenues dans le protocole destiné à lutter contre la propagation de la pandémie du Covid 19, ajoute le communiqué de la wilaya de Mostaganem qui précise d’autres mesures plus drastiques pourraient être prises au cas où la situation continuait à se dégrader.

Akli Amor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.