Pénurie d’oxygène : La distribution et la gestion à l’index

Le président de l’Ordre des médecins de l’Est du pays, Dr Khaled Said a estimé ce jeudi lors de son passage sur la radio locale de la wilaya de Sétif que « l’état d’urgence sanitaire s’impose aujourd’hui comme un moyen de prévenir une situation plus dramatique et comme le meilleur moyen pour lutte contre la propagation de plus en plus rapide et ravageuse du  variant Delta du Covid 19. Cet état d’urgence, explique-t-il, impose à tout le monde d’être partie prenante en plus de l’obligation de rester mobilisé et obligé aussi à respecter à la lettre les mesures sanitaires visant à briser la chaîne de contamination et à protéger les citoyens.

Abordant le chapitre d’actualité qui est la pénurie de l’oxygène, l’orateur a d’abord tenu à lancer un appel pour l’amélioration de la gestion des structures de santé incombant le manque de cette matière à la mauvaise distribution et la mauvaise gestion ainsi qu’à l’excès d’utilisation de ce produit engendré par la propagation du variant Delta. Il mettra la population devant ses responsabilités, estimant que les citoyens sont la cause de la troisième vague que vit l’Algérie actuellement. Le laisser-aller constaté également des services concernés au chapitre de l’application des mesures barrières a ainsi causé le départ à la hausse de la propagation. Devant cette situation, le président de l’Ordre des médecins élgériens de la région de l’Est du pays s’est montré prudent mais optimiste considérant que jusqu’à présent la situation reste maîtrisée et « nous pouvons encore éviter l’effondrement de notre système de santé ».

Toujours positif, le médecin a fait savoir que les enfants atteints du virus ne souffrent, heureusement, pas de difficultés à respirer mais les symptômes peuvent être uniquement ceux de la grippe. L’orateur plaidera ainsi pour le vaccin comme seul moyen de lutte contre le variant Delta tout en estimant que dans toute l’histoire de l’Humanité, les maladies ont disparu grâce aux vaccins. La qualité des vaccins acquis par l’Algérie, rassure il, est très bonne, car ils sont fabriqués selon les normes traditionnelles. « Les citoyens ne doivent pas s’inquiéter mais aller surtout se faire vacciner afin de se protéger contre les effets graves de la contamination », estime-t-il. 

Enfin, l’intervenant qui a plaidé pour une vaccination en masse a tenu à saluer le grand élan de solidarité des Algériens. Ces derniers ont, en effet,  lancé des opérations d’acquisition de générateurs et de concentrateurs d’oxygène pour doter les hôpitaux qui n’en disposent pas ou qui n’en ont pas suffisamment en cette période très difficile où l’utilisation de ce produit a explosé.

Kamel Nait Ameur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.