Libye : Des experts de l’ONU appellent au départ des mercenaires

Des experts indépendants de l’ONU ont appelé, vendredi, tous les mercenaires à quitter la Libye, affirmant que leur départ est attendu depuis longtemps et qu’il s’agit d’« une condition préalable essentielle à la tenue d’élections pacifiques » prévues plus tard dans l’année.

« Neuf mois après l’accord de cessez-le-feu appelant au retrait des forces étrangères et des mercenaires de Libye, les mercenaires et les entrepreneurs militaires et de sécurité privés continuent d’opérer dans le pays », a déclaré la présidente du Groupe de travail de l’ONU sur l’utilisation de mercenaires, Jelena Aparac.« Leur recrutement et leur présence continus en Libye entravent les progrès du processus de paix et constituent un obstacle pour les prochaines élections », a-t-elle ajouté.

Les experts ont souligné que ces mercenaires et les acteurs qui leur sont liés doivent partir immédiatement, et qu’il doit être mis fin immédiatement au transfert d’armes et de matériel militaire en Libye.« Nous appelons la communauté internationale à prendre des mesures concrètes pour aider ce processus », a déclaré M. Aparac.

Les participants du Forum de dialogue politique libyen facilité par les Nations Unies ont convenu d’une feuille de route pour des élections nationales crédibles, inclusives et démocratiques, qui doivent se tenir le 24 décembre 2021.« Si les élections doivent avoir lieu en décembre 2021 comme prévu, les Libyens doivent pouvoir entreprendre ce processus dans un environnement sûr et sécurisé, et la présence de ces acteurs y fait obstacle », a déclaré M. Aparac.

En juin 2020, le groupe de travail de l’ONU a averti que le recours à des mercenaires et à des acteurs connexes depuis 2019 avait contribué à l’escalade du conflit en Libye et sapé le processus de paix, ce qui constituait une violation de l’embargo sur les armes existant imposé par le Conseil de sécurité des Nations Unies. À l’époque, ils avaient exhorté les gouvernements à enquêter sur toutes les allégations de violations des droits de l’homme et du droit humanitaire. Pour rappel, le Comité militaire mixte 5+5 a indiqué vendredi dans un communiqué que les mesures préparatoires en vue d’entamer le retrait des mercenaires et combattants étrangers de tout le sol libyen ont été mises en place ». » Le Comité militaire mixte exige la présence d’observateurs locaux  afin d’épauler les officiers de l’armée libyenne déployés sur le terrain « , note, en outre, le Comité.Il souligne, à ce titre, qu' »il a appelé la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (Manul) à prendre rapidement des mesures  en vue d’assurer la présence d’observateurs internationaux sur le terrain pour contribuer au soutien du mécanisme de surveillance libyen ».

R.I.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.