L’administration Biden se défait des promesses de Trump : Retour de flamme pour le Makhzen

Le seul succès dont peut setarguerle Makhzen, c’est celui d’avoir réussit à faire l’unanimité contre lui.

Le régime marocain subit un nouveau revers. L’intention de l’administration du président américain Joe Biden de se défaire de tous les engagements de son prédécesseur envers le Makhzen se confirme chaque jour un peu plus. Il est clair que le département américain n’a aucune intention de s’en tenir à la promesse de Donald Trump de reconnaître sa prétendue souveraineté sur le Sahara occidental, et encore moins avaliser la vente d’armes de pointe au royaume chérifien. Des engagements que l’ancien président américain avait pris, dans le cadre du « deal du siècle », en contrepartie de la normalisation des relations entre le Maroc et l’entité sioniste.

Si le congrèsaméricain avait dès le départ clairement affiché son opposition à la mise en œuvre des engagements de Trump, le scandale « Pegasus » semble aujourd’hui offrir l’opportunité pour l’administration Biden d’annuler les décisions de Trump. C’est dans ce contexte, marquée par l’implication du Makhzen dans l’espionnage à grande échelle de journalistes, militants des droits de l’Homme, ainsi que d’hommes politiques et dirigeants algériens et européens que Washington a décidé de reconsidérer la vente d’armes au royaume.

Selon le quotidien Espagnol « El Confidential », l’administration américaine de Joe Biden a décidé de « reconsidérer » la vente de drones et d’autres armes au Maroc en raison de la série interminable de scandales impliquant Rabat dont l’affaire du logiciel espion Pegasus, et des violations croissantes par l’occupant marocain des droits de l’Homme au Sahara occidental.

Le quotidien Ibérique rappelle que Washington avait l’intention de vendre quatre drones MQ-9B Skyguardian et des munitions JDAM au Maroc. Des transactions stoppées net suite aux récents scandales dont le régime marocain s’est rendu coupable, dans l’affaire d’espionnage mais aussi par rapport aux violations des droits de l’Homme au Sahara occupé qui ont incité le blocage de ces ventes par l’administration Biden mais aussi par les Commissions clés du Congrès et du Sénat américains.Le démocrate Patrick Leahy représentant du Vermont depuis 1975 et père de la loi « Leahy » qui interdit au département d’Etat et au département US, de la défense, de fournir une assistance militaire aux armées étrangères qui violent les droits de l’homme.Cette loi génère une adhésion totale des démocrates et républicains et ce depuis son approbation en 1997, elle a bloqué l’aide militaire à plusieurs pays, comme l’a souligné le quotidien El Confidential.Le sénateur Leahy préside la Commission des crédits qui influence le transfert et la vente possibles d’équipements militaires et sa position pro-sahraouie, commence à trouver des sympathisants suite aux récents scandales mettant au banc des accusés le régime du Maroc.L’utilisation de ces armes par le Maroc contre le Sahara Occidental est exclu selon le quotidien Espagnol au motif que ce pays, ( le Maroc) ne fait pas partie de l’alliance Atlantique mais la reprise du conflit armé depuis 2020 contre le Sahara occidental, dans la zone d’El Guerguaret fait douter que l’occupant utilise cet armement pour faire avancer ses objectifs militaires. Le quotidien précise que « dans ce contexte, le sous secrétaire d’Etat aux affaires politico- militaire doit contrôler si, selon les normes éthiques et juridiques, des drones et des bombes doivent être vendus au royaume du Maroc ».El Confidential exclut toute résolution avant 2022, indiquant que le débat de fond qui circule actuellement dans le Capitole, pourrait se résumer à la dichotomie suivante ; vaut-il la peine de vendre des armes ? Le « oui » viendrait de son utilité dans la lutte contre le terrorisme le « non » car ces drones et bombes pourraient être utilisés contre des civils Sahraouis.

Pour ce quotidien Espagnol « Washington s’inquiète de plus en plus de Rabat », rappelant que depuis son investiture, le nouveau locataire de la Maison Blanches’était engagé à ramener son pays aux principes du droit international et du soutien aux droits de l’homme.

L’attachement de Washington à une solution onusienne

Mais, il faut relever que la Maison-Blanche est bien décidée à traduire ces engagements en actes. Le département d’État américain a d’ailleurs multiplié les sorties ces derniers jours pour afficher son attachement à résolution du conflit au Sahara occidental dans le cadre des Nations unies.

Lundi, un porte-parole du département d’état américain a affirméque Washington soutenait «  un processus politique jouissant de la crédibilité et qui sera dirigé par les Nations unies, en vue de concrétiser la stabilité et assurer l’arrêt de toutes les hostilités ».Et d’ajouter : « Nous nous concertons avec les parties sur les meilleures voies à même d’arrêter la violence et de concrétiser un règlement durable ». « Nous soutenons vigoureusement les efforts des Nations unies pour la désignation rapide d’un envoyé personnel du Secrétaire général au Sahara occidental. Nous sommes prêts à participer activement avec toutes les parties pour soutenir cet envoyé », a-t-il affirmé.La déclaration du porte-parole du département d’état vient appuyer celle de Joey Hood, secrétaire d’Etat adjoint américain aux affaires du Proche-Orient, lors de sa visite la semaine passée dans la région. »Notre position claire est : Nous voulons voir un processus dirigé par l’ONU qui aboutit à un accord acceptable par toutes les parties et qui mène à la paix et à la stabilité, c’est ce qu’il y a de mieux pour la région et c’est (l’approche) à laquelle nous allons consacrer notre temps, notre énergie et nos efforts », avait notamment déclaré Joey Hood dans un entretien à l’APS au terme de sa visite en Algérie.

Notons que le quotidien espagnol El Confidential est revenu sur les répercussions de la décision de l’ancien président US, Donald Trump, de reconnaitre la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, en échange d’une normalisationentre le régime marocain etl’entité sioniste, laquelle décision a été à l’origine d’une sorte d’impunité envers le régime Marocain, qui a multiplié depuis lors les violations des droits humains en territoire occupé du Sahara occidental.« La torture, les viols, les coups et les disparitions n’ont jamais cessé, mais maintenant ils se sont intensifiés depuis que le Maroc a rompu, en novembre 2020 le cessez le feu en vigueur depuis 1991 », avait déclaré Suzanne Scholte présidente de l’US Western Sahara foundation qui indique « qu’il n’ya pas de liberté de la presse ni de liberté de circulation au Sahara occidental mais les violations finissent par être connues à Washington.Le quotidien évoque à la fin la crise diplomatique migratoire générée par Rabat à Ceuta qui a eu de larges répercussions au niveau international indiquant que cette crise «a contribuer à la détérioration de l’image du Maroc » vis-à-vis de Washington comme a estimé Jason Poblete avocat et expert en question de sécurité nationale et président de la Global liberty Alliance (GLA) qui est une ONG basée à Alexandrie en Virginie focalisée dans le défense des droits de l’homme au niveau international.

IdirYaghmoracen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.