Une offensive pour éjecter l’entité sioniste de l’UA

Sept pays s’opposent àla décision de la Commission

L’octroi  par la Commission de l’Union Africaine du statut d’observateur au sein de cette organisation panafricaine   à l’entité sioniste continue de soulever des vagues d’indignation au sein des pays membres, qui expriment ouvertement leur désaveu à l’égard d’une décision prise d’une façon unilatérale et plus grave, encore, s’inscrivant en porte à faux avec l’Acte constitutif de l’organisation dont le principal est celui de s’opposer à toute forme de colonisation.

En effet, ce sont sept délégations permanentes  qui viennent s’ajouter aux voix de l’Algérie, de l’Afrique du Sud et de la Namibie, pour afficher leur désaveu à cette décision prise par la Commission de l’Union Africaine.

« Nous souhaitons aviser la Commission de notre opposition à la décision sensible de son président d’ordre politique, à savoir l’octroi du statut d’observateur auprès de l’Union africaine à Israël », a relevé une note verbale établie par les ambassades d’Algérie, d’Egypte, des Iles Maurice, de Tunisie, de Djibouti, de Mauritanie et de Libye.

Ces sept délégations affirment que « les décisions de l’UA, depuis longtemps claires, ont exprimé sa position constante en faveur de la cause palestinienne et en défaveur de toute forme de pratiques Israéliennes à l’encontre du peuple Palestinien frère et contraire même à l’intérêt suprême, aux valeurs, idéaux et décisions de l’Organisation panafricaine ».

Dans leur offensive diplomatique,les sept délégations déplorent « la vision du président de la Commission, étrange à celles de ses prédécesseurs qui a été conforme aux principes et objectifs cités dans l’Acte constitutif de l’UA, et des résolutions des différents organes de cette organisation ». Ces pays   se sont dits « inquiets » de cette démarche qui est « contraire aux préoccupations des pays membres, des critères d’octroi du statut d’observateur et du système d’accréditation au sein de l’UA, adoptés en Conseil  exécutif en juillet 2005 ».Il s’agit selon la même source « d’un dépassement procédural politique inadmissible commis par le président de la Commission de par son devoir discrétionnaire ».C’est pourquoi, ajoute cette note, « les ambassades des sept pays s’opposent solennellement à l’acceptation par le président de la Commission des créances de l’ambassadeur d’Israël et sollicitent sa personne d’intégrer cette question à l’ordre du jour de la prochaine séance du Conseil exécutif ».Cette même note évoque une seconde fois « les positions fermes en faveur des droits des Palestiniens légitimes, à la tête desquels la résolution du sommet de l’UA à Accra au Ghana en 2007, en vertu duquel a été soutenue l’initiative de paix arabe, adoptée en 2002 au sommet arabe de Beyrouth ».Les ambassades de Jordanie, du Koweït, du Qatar, du Yémen ainsi que la délégation de la Ligue Arabe ont exprimé leur solidarité avec les sept ambassades dans cette affaire.

L’Algérie avait réagi à la démarche de la Commission africaine en affirmant que « cette décision prise sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les Etats membres, n’a ni la vocation, ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l’Acte constitutif de l’Union Africaine ». L’Algérie a d’ailleurs une véritable offensive diplomatique pour contrer la décision du commissaire de l’UA. Le ministre des Affaires étrangères RamtaneLamamra a mené une tournée africaine qui l’a mené en Tunisie, en Égypte et en Éthiopie entre autres. À AddisAbeba où se trouve le siège de l’UA, RamtaneLamamra avait insisté avec la vice-présidente de la Commission de l’UA sur le respect des principes de l’acte constitutif de l’organisation panafricaine. La question palestinienne a également été au cœur des entretiens qu’il a eus avec les dirigeants africains au cours de sa tournée, de même dans les divers entretiens qu’il a eu avec ses homologues africains et arabes au cours des derniers jours.

Boubekeur Amrani     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.