Afghanistan : L’EI tire des roquettes à Kaboul

Le groupe terroriste Etat islamique a tiré hier matin des roquettes vers l’aéroport de Kaboul, où l’armée américaine procédait à ses dernières évacuations sous la menace de nouveaux attentats, à la veille de son départ définitif d’Afghanistan après 20 années de présence sur place.

Le président américain Joe Biden a fixé à aujourd’hui l’échéance pour retirer les dernières troupes américaines d’Afghanistan où elles étaient entrées en 2001 pour chasser du pouvoir les talibans.Deux décennies plus tard, les talibans ont profité du retrait américain progressif ces derniers mois et de l’effondrement des forces de sécurité afghanes pour entrer dans Kaboul le 15 août et reprendre le pouvoir, après une offensive militaire éclair.Le retour des talibans au pouvoir a obligé les Occidentaux à évacuer dans la précipitation depuis l’aéroport de Kaboul leurs ressortissants et des Afghans qui ont travaillé pour les forces étrangères. Le pont aérien, commencé le 14 août et qui finira aujourd’hui a permis d’exfiltrer 116.700 personnes, dont 1.200 entre dimanche et lundi, selon la Maison Blanche.

La tension autour de la dernière phase des opérations d’évacuation est à son comble depuis l’attentat de jeudi aux abords de l’aéroport, revendiqué par l’État islamique au Khorasan (EI-K) et qui a fait plus d’une centaine de morts dont 13 militaires américains.Les Américains, qui avaient immédiatement mis en garde contre de nouveaux attentats, ont détruit dimanche un véhicule chargé d’explosifs.Elle a détruit un véhicule piégé qui se dirigeait vers l’aéroport et une maison à proximité a aussi été touchée, selon un porte-parole des talibans.Lundi, l’EI-K a revendiqué avoir tiré six roquettes contre l’aéroport. Cela n’a pas affecté les opérations d’évacuation qui ont continué « sans interruption » selon la Maison Blanche. Un responsable taliban sur les lieux du tir a indiqué que les roquettes avaient été arrêtées par le système de défense anti-missile de l’aéroport.Même si ces roquettes ne semblent pas avoir fait de victimes, elles ont encore accentué l’angoisse des habitants vivant à proximité.

Le principal porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a affirmé dans une interview à l’AFP que les attaques de l’EI devraient cesser après le départ des Américains, faute de quoi le nouveau régime « s’occupera d’eux ».En représailles à l’attaque de jeudi, les États-Unis ont effectué samedi une frappe de drone dans l’Est de l’Afghanistan, tuant deux membres « de haut niveau » de la branche afghane de l’EI et en blessant un troisième. Ils ont averti que ce ne serait pas « la dernière ».La chaîne américaine CNN a affirmé que neuf membres d’une famille, dont six enfants, avaient été tués lors de la frappe de dimanche. L’AFP n’a pas été en mesure de confirmer ce bilan, mais des médias locaux ont aussi annoncé des victimes civiles.

La journée de lundi est marquée par une intense activité diplomatique. Washington réunit en visio-conférence ses « partenaires clés » (France, Canada, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni, Turquie, Qatar, Union européenne et Otan), afin de discuter « d’une approche alignée » pour l’avenir au-delà du 31 août.Une réunion des membres permanents du Conseil de sécurité est aussi prévue. Les talibans se sont engagés à laisser partir tous les étrangers et ressortissants afghans disposant d’un permis de s’installer ailleurs, même après mardi.

Le chef suprême des talibans, Hibatullah Akhundzada, qui n’est jamais apparu en public, est à Kandahar (Sud) où il vit « depuis le début », a annoncé dimanche son mouvement, affirmant qu’il apparaîtrait « bientôt en public ».

R.I. avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.