Transfert des grands brûlés vers l’étranger : Le dénouement

La situation les brûlés lors des incendies qui ont touché plus de 17 wilayas du pays au mois de juillet dernier, hospitalisés à l’hôpital de Douera (Alger), semble enfin connaitre un dénouement. Plusieurs d’entre eux, dont les blessures sont jugées graves dont le nombre est de 8 patients, ont été transférés vers l’étranger. En effet, les autorités algériennes ont transféré, hier, après-midi, huit brûlés lors les incendies ravageurs qu’a connus la willaya de Tizi Ouzou, vers l’étranger pour une prise en charge médicale. C’est ce qu’a annoncé, hier, un communiqué du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. Ce communiqué a souligné que ce transfert a été décidé «conformément aux engagements du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui a affirmé que l’Etat ne ménagera aucun effort pour assurer une prise en charge totale des blessés lors des incendies de forêts ayant touché plusieurs wilayas du pays». Et d’ajouter : «le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a assuré le transfert des blessés vers l’étranger pour des soins médicaux». Une prise en charge qui sera concrétisée via la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS). Ceci dit, le transfert de ces blessés a été effectué, selon la même source, par des avions médicalisées et accompagnés par une équipe médicale et paramédicale algérienne du centre hospitalo-universitaire des grands brulés sis à Douéra (Alger). Cette opération intervient au moment des activistes en Kabylie ont commencé à s’agiter sur les réseaux sociaux pour distiller des fakes news faisant état de l’abandon des blessés par l’Etat. Une agitation qi s’est manifestée essentiellement à travers l’intervention d’un élu du RCD à l’Assemblée populaire de la wilaya de Tizi Ouzou et animateur du collectif national de solidarité avec les détenus d’opinion, afin de «dénoncer un abandon de l’Etat dans la prise en charge des grands brulés des incendies de la Kabylie». Une information dénué de tout fondement surtout s’il l’on tient compte du fait que l’Etat a transféré les blessés lors des incendies de forêts qui ont touché plus de 17 wilayas dont la wilaya de Tizi Ouzou et Bejaia vers les structures sanitaires de la capitale, à savoir l’hôpital militaire d’Ain Nâadja et le centre hospitalo-universitaire des grands brûlés de Douéra.

Faiçal Bedjaoui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.