Le petit Nicolas, Manu, le Karcher et les harkis…

Condamné à faire de la taule, le petit Nicolas exige d’être enfermé sur l’ile d’Elbe…pays cher à sa Carlita. Selon la petite voix qui miaulait à l’oreille du petit Nicolas, il compte ainsi terminer  l’œuvre inachevée de Bonaparte et celle du comte de Monte-Cristo, en bon roi de l’évasion…fiscale ! Hi hi hi hi, sacré numéro va ! Intraitable, la justice exige aussi du petit Nicolas d’écrire mille fois « je ne dois plus utiliser le Karcher de mon ami Brice pour siphonner les poches des arabes ». Entre temps, Manu jubile et se frotte les mains. Echeh comme ça le petit Nicolas ne viendra pas lui faire de l’ombre. Il offre un festin à pleins pleins d’Algériens, aux « descendants d’acteurs de la guerre d’Algérie, de tous les bords », petits harkis compris. Il manquait à peine Ferhat, Amir, Aboud, Bouchouareb et Saadani absent en déplacement au Maroc, sinon tout le monde était là ! Fortiche, le Manu qui compte ainsi « apaiser la blessure mémorielle » et gagner les élections z’kara fel les Gilets jaunes. A propos des restrictions de visa, le petit Manu, délesté de son Benalla, affirme que seuls « les dirigeants » algériens n’auront pas de visa, sinon les autres tous les friqués, les étudiants et autres barbouzes auront leur ticket d’entrée chez Fafa! Oups, mais Manu, les fameux dirigeants dont tu parles n’ont plus besoin de visa. Ils sont soit français ou résidents, il y a même des clandos protégés par la flicaille pour services rendus à la Marianne.  Pauvre France, condamnée à se faire flageller par des mioches !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.