Le chef de l’État-major de l’ANP invite à se pencher sur notre histoire : Faire face aux nouvelles formes des guerres coloniales

En visite d’inspection hier à l’Établissement de rénovation des matériels automobiles, située à Dar El Beïda, au sud-est d’Alger, le Général de corps d’Armée, Saïd Chanegriha, chef d’État-major de l’Armée nationale populaire (ANP) a affirmé, dans une allocution reprise par un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN), que le colonisateur a dépassé les formes traditionnelles de la guerre car, explique-t-il, ces dernières lui sont « coûteuses, notamment en ce qui concerne les pertes humaines ».

A ce propos, justement, ajoute le général de corps d’armée, Saïd Chanegriha, chef d’État-major de l’Armée nationale populaire, ce même colonisateur a, « s’est tourné, alors, vers d’autres formes d’affrontement, qui dépassent les formes classiques de la guerre, dans l’objectif de briser chez l’adversaire toute volonté de résistance », relevant que « pour lutter efficacement contre cette nouvelle forme de guerre, il nous appartient de relire avec attention l’Histoire de notre pays pour appréhender un aperçu des méthodes de ce mode opératoire nouveau, mais aussi ancien et d’en déduire les moyens de riposte ».

En ce sens, le Général de Corps d’Armée SaidChanegrihaa souligné que « le colonialisme français a adopté les méthodes de la guerre psychologique dès le début de l’occupation, en vue de contraindre le peuple algérien à abandonner toute forme de résistance ». « Dans ce sillage, les historiens sont unanimes quant au recours du colonialisme français aux procédés de la guerre psychologique, dès le début de la colonisation, à travers notamment la ruse et la propagation de l’idée selon laquelle l’occupation de l’Algérie par la France avait pour objectif de contribuer à la civilisation de sa population, que l’armée française est une armée invincible », a-t-il souligné. « En conséquence, il est inutile de lui faire face et que le salut du peuple réside dans la soumission et l’abandon de toute forme de résistance », a ajouté Said Chanegriha.

Pour le chef d’Etat-major de l’ANP, « cette situation est demeurée ainsi jusqu’à l’apparition de jeunes nationalistes, qui étaient très tôt conscients de cette fourberie, et qui étaient convaincus, notamment après les massacres du 08 mai 1945, que ce qui est pris par la force ne peut être rétabli que par la force ».Il a ajouté que « suite à quoi, ces héros ont œuvré à extirper ces idées néfastes des esprits des Algériens et à éveiller en eux le sens de la résistance, en répandant l’idée selon laquelle le colonialisme n’est pas une fatalité pour l’Algérie et qu’il est possible de le combattre, de le vaincre et de restituer la gloire de la Nation, et ce, à condition que l’Algérien ait confiance en lui-même et ait l’esprit d’initiative et de libre action ».A cet égard, il a relevé que « pour mettre en échec ce genre de guerres nouvelles, il est impératif de suivre l’exemple de nos aïeuls ». »Nous devons suivre l’exemple de ces braves héros pour faire face à ce genre de guerres nouvelles, en renforçant notre unité nationale, en œuvrant à mettre en relief tout ce qui nous unit et en bannissant tout ce qui nous divise, tout en retrouvant la confiance en nos capacités et aptitudes, car chaque fois que nous avons eu confiance en nous-mêmes et cru en nos capacités, nous avons réalisé des miracles », a relevé le Général de Corps d’Armée.Il s’agit, a-t-il poursuivi, « de préserver le legs de nos valeureux Chouhada et de contribuer efficacement à l’édification de l’Algérie nouvelle, sous la conduite de Monsieur le président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale ».

Akli Amor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.