Aouchiche réunit les élus du parti : Le FFS met le cap sur son sixième congrès

Le Front des Forces Socialistes a tenu ce week-end une réunion avec ses élus pour mettre au point les mécanismes et les moyens d’élargir le débat aux structures de base en vue d’enrichir le débat lors du prochain congrès ordinaire. Une réunion est annoncée déjà lors d’une rencontre de préparation tenue la semaine passée au niveau du siège national où le parti avait annoncé la tenue de regroupements avec les fédérations dans l’optique de permettre aux militants de base de prendre part et d’enrichir par leurs idées et propositions le sixième congrès du parti. Aussi, dans son intervention, hier, le premier secrétaire du parti Youcef Aouchiche a rappelé les fondamentaux du parti qui fonde ses principes sur la primauté de l’intérêt national sur toutes les autres considérations outre le rappel des raisons ayant motivé sa participation aux différentes échéances électorales de ces dernières années. A cet effet d’ailleurs, Aouchiche n’a pas manqué de rendre un vibrant hommage aux militants et aux élus qui ont fait face à toutes les pressions qui tentaient de faire capoter la participation du FFS aux élections. Il a rappelé que cette participation était d’ailleurs motivée  par la volonté du parti à trouver des solutions aux problèmes du pays et surtout de constituer avec le peuple une muraille contre les tentatives de forces étrangères de déstabiliser le pays particulièrement et la région en général.

Par ailleurs, le premier responsable du parti a rappelé que la conférence d’hier intervenait à quelques semaines seulement avant la conférence des élus attendue pour la fin du mois de mars. Aouchiche a ainsi invité les présents à prendre part activement pour réussir ce rendez-vous qualifié de primordial. La prochaine conférence, ajoute-t-il, « devra traiter entre autres des meilleurs moyens de permettre aux élus du FFS de mettre leur mandat au profit des citoyens et du développement en général ».

Aouchiche n’a pas manqué également de rappeler que « le dialogue inclusif reste le meilleur moyen de dépasser la crise multidimensionnelle que vit le pays ». Il estime à ce sujet que « le dialogue national est à même de garantir l’édification d’un véritable Etat de droit qui lui aussi constitue un moyen de protéger le pays des tentations étrangères d’autant plus, explique-t-il, que la conjoncture actuelle est porteuse de grands dangers avec la hausse des prix des produits alimentaires ». Enfin, le premier secrétaire du FFS a rappelé que dans le souci de permettre à tous les militants de base de faire des propositions à même d’enrichir le débat lors du prochain congrès, le parti a mis au point une plate-forme numérique capable de recueillir tous les avis et opinions. Un congrès qui, précise-t-il, « n’est pas uniquement un rendez-vous organique mais plutôt une halte à même de traiter toutes les questions nationales et un rendez-vous de toutes les parties et personnes soucieuses d’œuvrer à faire avancer les débats d’intérêt national ». 

Akli Amor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.