Habitat : Le CTC devra exporter son expertise

L’organisme national de contrôle technique des constructions (CTC) devrait exporter son expertise acquise durant les cinq décades qui ont suivi sa mise sur pied, selon le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Mohamed Tarek Belarbi. Lors d’une intervention à la Conférence nationale organisée à l’occasion du cinquantième anniversaire de la création de cet organisme, le ministre a félicité les personnels et les techniciens. Des techniciens, souligne-t-il, qui ont, acquis une grande expérience durant leur parcours, pris part à la construction d’édifices de dimension mondiale telles que des universités, des aéroports et des stades.   Aussi, appelant ces derniers à fournir encore davantage de travail et d’innovation technique et scientifique, M. Belarbi a réitéré « la volonté de l’Algérie à prendre part, via ce capital d’expérience, au projet de l’Organisation des Nation Unies et de la Ligue Arabe dans le cadre du projet des colonies humaines. Une œuvre qui viendra appuyer celles de l’Institut national des techniques appliquées dans l’engineering des techniques de résistance aux séismes qui peut également être exportée ». M. Belarbi n’a pas non plus manqué de souligner « le grand travail réalisé par l’organisme CTC dans l’objectif d’assurer la qualité des constructions ». Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a souligné le rôle important joué par l’organisme du Contrôle Technique des Construction lors du séisme qui a frappé la ville de Boumerdes dont l’anniversaire coïncide justement avec la tenue de cette conférence. Cette rencontre, explique-t-il, contribue également à « améliorer les connaissances via notamment l’échange des données et des expériences ». L’organisme, rappelle M. Belarbi a été « créé et conduit par des éminences grises algériennes à l’instar, cite-t-i, de M. Djamel Foul et M. Mohamed Khaoua qui formé d’autres générations à l’instar de Farouk Tebbal et Kamel Nasri ».

Des générations qui ont veillé à l’application des normes de sécurité nécessaires des constructions et des gros œuvres telles que le complexe olympique Mohamed Boudiaf, Maqam Echahid, les universités ainsi que la grande mosquée d’Alger, projet pour lequel, le CTC a mobilisé une cinquantaine d’ingénieur qui ont veillé à l’application des normes de sécurité. « Le CTC a aussi un rôle primordial à jouer dans le futur programme d’un million de logements dans le cadre des engagements du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune » a ainsi conclu M. Belarbi. Pour sa part, enfin, le directeur de l’Organisme de contrôle technique des constructions, M. Boumediene Oukaci a, dans son intervention, présenté un exposé détaillé du projet de modernisation du CTC via une nouvelle assise technique outre une équipe technique chargée de la veille juridico-technique. 

Akli Amor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.