Marges des distributeurs de lait subventionnés : L’augmentation entre en vigueur

C’est officiel, l’augmentation des marges bénéficiaires vient d’être actée par la publication dans la dernière livraison du Journal officiel d’un décret fixant les prix à la production et aux différents stades de la distribution du lait pasteuriséconditionné en sachet via une nomenclature de prix intangible et connue de tous. Ainsi, ce décret fixe le prix de vente quasi usine à  21 dinars avec deux dinars de marge pour la distribution de gros faisant atteindre le prix de 23 dinars à la vente au détaillant. Ce dernier aura également sa marge de deux dinars pour un sachet estimé ainsi à 25 dinars à l’arrivée au consommateur.

Aussi, cette mesure décidée par le président de la République vise à écarter tout risque de pénurie et de pression via une action à la base. Le problème des pressions que connaît en effet ce produit a comme origine, depuis bien longtemps, l’insatisfaction des producteurs et des distributeurs qui se plaignent de la marge bénéficiaire insignifiante. Ces derniers répercutent ainsi ces inconvénients sur le consommateur qui ne trouve pas les quantités suffisantes pour sa consommation moyenne. Ce qui, par voie de fait, engendre des pressions, des pénuries et des tracas qui s’ensuivent au niveau des points de vente et des commerces de détail.  Parallèlement à cette mesure qui tranche avec les solutions de replâtrage appliquées sans aucun effet par le passé, les pouvoirs publics ont décidé de mettre au point une nouvelle carte de production et de distribution du lait afin d’assurer « un approvisionnement régulier » à travers le pays et remédier aux perturbations enregistrées dans la distribution de ce produit ».

En fait, la décision du président de la république est venue répondre à une demande exprimée depuis bien longtemps par les professionnels de la filière lait. Ce fut d’abord, l’Union Générale des Commerçants  et Artisans Algériens qui a commencé à exprimer cette revendication. ‘ »Il est désormais nécessaire d’augmenter la marge bénéficiaire du distributeur, fixée à 0,90 centimes/sachet depuis 2001″, affirmait en 2020 déjà l’organisation qui estimait que cette marge ne correspondait pas aux coûts et charges supportés par le distributeur. Une revendication qui contenait, affirmaient les représentants de la corporation, toutes les clés du problème. Aussi, le président de la République est allé à l’origine du mal avec sa décision d’augmenter les marges bénéficiaires tout en gardant le même prix à la vente de détail.

Enfin, il est à noter que le lait en sachet, tout comme les produits subventionnés, souffre de la mauvaise répartition des subventions. Ce qui a contraint les pouvoirs publics à prévoir une réforme de ce chapitre afin, expliquent-ils, de cibler les catégories sociales nécessiteuses. 

Akli Amor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.