Les cours ouvrent la semaine en baisse : Le spectre de la récession plombe le pétrole

L’optimisme des marchés pétroliers n’aura pas duré. Après plusieurs semaines de hausse, alimentée par les tensions géopolitiques, les cours du brut ont entamé un nouveau cycle de baisse, plombés par le spectre d’une récession en raison de l’inflation mais aussi et surtout du resserrement monétaire plus important que prévu opéré par la Réserve fédéral américaine. Après avoir fini en baisse vendredi, les cours du baril de pétrole ont de nouveau décliné hier en ouverture de séance. 

Vers 10H20, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août perdait 0,35% à 112,72 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en juillet baissait quant à lui de 0,16% à 109,38 dollars.  « Les attentes d’une baisse de la demande de pétrole avec le ralentissement des économies ont fait baisser le cours » du brut en début de séance, commente Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown.Carsten Fritsch, analyste pour Commerzbank, interprète cette baisse comme une réaction tardive aux craintes de récession qui pèsent depuis un certain temps déjà sur les prix d’autres produits comme les métaux industriels. « La hausse rapide des taux d’intérêt au cours des dernières semaines (…) alimente les craintes d’un ralentissement économique marqué qui ne laisserait pas non plus la demande de pétrole indemne », explique-t-il. La Réserve fédérale américaine (Fed) a augmenté mercredi ses taux de 0,75 point, une mesure inédite depuis 1994. Samedi, Christopher Waller, l’un des gouverneurs de la banque centrale américaine (Fed) s’est dit favorable à une nouvelle hausse des taux directeurs de trois-quarts de points de pourcentage lors de la prochaine réunion, fin juillet. Une augmentation des taux directeurs qui renforce le billet vert lequel retrouve ainsi de la vigueur et pèse ainsi sur les cours du brut en contribuant à les plomber encore plus. 

La hausse des taux directeurs plus agressive de la Fed a également entraîné une appréciation marquée du dollar, qui tire les prix du brut vers le bas en affaiblissant le pouvoir d’achat des investisseurs utilisant d’autres devises. La semaine dernière, les cours du pétrole ont conclu en forte baisse vendredi.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a perdu 5,58% à 113,12 dollars. Le baril de WTI américain pour livraison en juillet est repassé sous la barre des 110 dollars pour la première fois en trois semaines. Il a perdu 6,82% pour terminer à 109,56 dollars.

Chokri Hafed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.