Djamel Fourar, porte parole du Comité scientifique de suivi de la pandémie de covid-19 : «Nous  abordons graduellement la 5e vague »

L’évolution de la situation sanitaire inquiète de nouveau, avec la hausse du nombre de cas de contamination au covid-19, lesquels ont atteint, hier, 67 cas en 24 heures. Les responsables du secteur de la Santé commencent d’ailleurs à parler d’une cinquième vague après avoir évité les éléments de langage connexes, pendant plusieurs jours.

 «Nous sommes en train d’aborder graduellement la 5e vague», a indiqué hier le porte-parole du Comité scientifique de suivi et de lutte contre la pandémie de Covid 19, le professeur Djamel Fourar. Dans une déclaration à la chaîne Tv El Bilad, le même responsable a expliqué :  «Nous avons remarqué que les précédentes vagues ont toutes sévi durant cette période, les mois de juillet et août». «C’est la  période», a-t-il souligné. Le porte-parole du Comité scientifique de suivi et de lutte contre la pandémie de Covid 19ne fait pas état des doutes quelconques en évaluant  la situation sanitaire aussi bien en Algérie que dans le globe, ni la mutation du virus ni encore moins le degré de sa circulation. «Nous n’avons avons vaincu la crise», a, encore une fois, affirmé, expliquant que «ce virus est en permanente transformation». Il a souligné que «le sous variant BA5 est actuellement dominant». Le Professeur Fourar, appelé à plus de «vigilance et de prudence»et exhorté par la même occasion les populations à «ne pas négliger les mesures préventives». D’autant plus, a-t-il expliqué, que  « nous avons relevé ces derniers mois le déclin de la pandémie dans le monde et en Algérie et que nous n’avons pas enregistré des décès depuis près de 3 mois, les citoyens se sont abstenus de la vaccination alors que le vaccin constitue le seul moyen qui nous sauve de cette pandémie». Pour cela, a recommandé Fourar, «nous appelons les citoyens à ne pas négliger leur santé et celles de leurs familles». «Prenez en considération les mesures sanitaires et vaccinez-vous», a-t-il plaidé, rappelant que «nous avons enregistré hier (samedi, NDLR) un décès, en plus de la hausse du nombre des contaminations ayant atteint 72 cas». Il y a une semaine, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a publié une note pour donner plus de détails sur le nouveau sous-variant d’Omicron, BA5, à l’origine de la hausse des cas de contamination constatée au début du mois en cours. « Depuis le mois juin, un nouveau sous-variant d’Omicron, le BA5, a été détecté dans certaines wilayas de notre pays, qui a progressivement remplacé le sous-variant BA2 qui circulait jusque-là.L’augmentation de l’intensité de circulation du BA5 à partir de la semaine du 03 juillet a été corrélée à une légère hausse des cas de Covid-19, au cours de ce mois tel qu’observé dans les pays où la circulation de ce sous-variant est en cours et il n’est pas surprenant de constater une augmentation des cas dans les prochains jours, cela fait partie du cycle d’évolution des virus », a expliqué l’Institut Pasteur.Il est utile de rappeler que le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Pr. Abderrahmane Benbouzid affirmait il y a quelques jours que le secteur « demeure mobilisé et prêt à parer à toute éventualité », soulignant que « le personnel médical a acquis une riche expérience dans la lutte contre la propagation du Covid-19 ».

Salim Abdenour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.