JS Kabylie : La direction menace Chikhi et le CRB 

La direction du Chabab de Belouizdad, et après avoir engagé Youcef Laouafi pour occuper le flanc gauche de sa défense, ne voulait pas s’arrêter là. Elle a tout conclu avec le joueur de la JS Kabylie, l’international A’, Abdelmoumen Chikhi. 

Celui-ci a engagé une requête au niveau de la chambre de résolution des litiges (CRL) contre la JS Kabylie pour salaires impayés. Il a envoyé, en premier lieu, une mise en demeure aux Canaris avant de recourir à la CRL, après expiration du délai de 15 jours. Entre temps, Chikhi a trouvé avec un accord avec les dirigeants du Chabab et aurait même signé son contrat pour une période de 3 ans. Sa présentation a été reportée jusqu’à ce que son cas soit tranché par la CRL. Et afin de ne pas perdre du temps, le joueur s’est déplacé avec le Chabab en Tunisie et la  direction a tenu à garder cela au secret, afin d’éviter tout genre  de problèmes. Mais il se trouve que lundi après-midi, la photo de Chikhi en Tunisie a fuité sur les réseaux sociaux, montrant le joueur s’entraîner. Dès lors, un état d’alerte a été déclenché du côté de la direction de la JSK, en menaçant le joueur et la direction du CRB. Les Canaris jurent qu’ils feront tout pour bloquer Chikhi et le faire payer cher aux Belouizdadis. Ils ont fait appel  à un huissier de justice pour constater l’absence du joueur et saisir, ensuite, les autorités compétentes pour, disent-ils, défendre les intérêts du club. Les responsables du Chabab, quant à eux, ont ouvert, sur le coup, une enquête et décidé de renvoyer quatre  membres de la délégation, contraints de rentrer hier en Algérie.  Les deux, selon des sources, devraient être traduits devant le conseil de discipline dans les jours à venir pour explications. Renseignements pris, il se trouve que cette photo de Chikhi a été partagé par le Maire de la ville d’El Kram (Tunisie), Fethi Layouni, lorsqu’il a visité la délégation belouizdadie dans son lieu du stage. Layouni a, quelques minutes plus tard, supprimé cette photo, laquelle était déjà prise et reprise sur les réseaux sociaux. Un coup d’œil sur l’historique des modifications de cette même publication montrera que cette photo existait avant qu’elle ne soit supprimée. Ces dernières heures, donc, la maison belouizdadie et celle kabyle étaient des plus agitées par cette affaire, qui risque de prendre d’autres proportions dans un avenir proche. Affaire à suivre…

Abderrahim Mahious

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.