Parlement arabe : Korichi plaide pour une feuille de route arabe globale

Le vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la politique et de la sécurité nationale au Parlement arabe, le sénateur Abdelkrim Korichi, a indiqué que «la position de l’Algérie et ses relations équilibrées avec les pays arabes l’aideront à réaliser la réunification arabe lors du prochain Sommet arabe qui se tiendra en Algérie». S’exprimant hier sur les ondes de Radio Algérie internationale, le parlementaire a noté les efforts inlassables de l’Algérie pour réunifier les rangs arabes, à travers les récentes initiatives et démarches diplomatiques algériennes dans plusieurs pays de la région, ainsi que les visites du Président Tebboune et des réunions avec les dirigeants des États arabes pour faire du Sommet de novembre le symbole d’un nouveau départ arabe, pour résoudre les problèmes de tous les Arabes, à leur tête la question palestinienne». Korichi a plaidé pour «une feuille de route arabe globale pour répondant aux différents défis communs que ce soit sur le économique, politique et même dans le domaine des droits de l’Homme ». Et d’ajouterque «le monde est marqué par des alliances qui définir un nouvel ordre mondial effectif ». «Le temps est venu pour les peuples du monde arabe, au regard des facteurs linguistiques et géographiques qui les lient, pour réfléchir sérieusement à la réunification», a-t-il souligne. Une réunification à même de « construire un avenir meilleur pour la Nation arabe», ajoute-t-il estimant qu’avec « la persistance de la dispersion, la Nation Arabe aura du mal à se positionner dans un monde féroce où les intérêts priment ». À cet égard, il a déclaré que «la région arabe vit une phase dangereuse », évoquant «la situation explosive au Yémen, en Libye, en Syrie, en Irak, au Sahara occidental et en Palestine, ainsi que le déploiement de l’entité sioniste dans le monde arabe à travers le processus de normalisation». «Cela affectera l’avenir du monde arabe », a-t-il mis en garde. Et d’ajouter : «les crises dans la région arabe continuront de s’aggraver à l’avenir, en particulier avec la dépendance de ces pays aux ressources alimentaires étrangères». Il a également évoqué «les velléités  de l’Occident visant à maintenir les États arabes à un niveau de vulnérabilité et de pauvreté afin de s’assurer que l’entité sioniste contrôle la région». Evoquant le massacre dont ont été victimes de migrants africains et perpétré, au mois de juin dernier, par la police marocaine à Melilla, l’invité de la RAI a dépeint cet acte de «douloureux », pointant du doigt le Makhzen, lui a imputant la responsabilité d’exécution de l’opération pour « récompenser l’Espagne pour avoir changé sa position sur la question saharouie». 

Amar Malki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.