Projet de Nancy Pelosi à Taïwan : Les avertissements de Pékin à Washington

La Chine estime que l’île de Taïwan, peuplée de 24 millions d’habitants est l’une de ses provinces historiques. 

Une mise en garde: la Chine a averti hier que les Etats-Unis devront assumer « toutes les conséquences » d’une visite potentielle de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi à Taïwan, sur fond de tensions sino-américaines. Ces propos interviennent avant un appel téléphonique prévu ces prochains jours entre le président chinois Xi Jinping et son homologue américain Joe Biden. Les sujets de friction entre Pékin et Washington se sont multipliés ces dernières années: mer de Chine méridionale, influence croissante de la Chine en Asie-Pacifique ou encore Taïwan. 

La Chine estime que l’île, peuplée de 24 millions d’habitants est l’une de ses provinces historiques. Les tensions Chine-Etats-Unis se sont également renforcées avec plusieurs ventes d’armes américaines à Taïwan et la visite sur l’île de responsables politiques américains. Nancy Pelosi, cheffe de la Chambre des représentants et à ce titre l’un des plus hauts personnages de l’Etat américain, envisage malgré tout de se rendre à Taïwan le mois prochain, selon des informations de presse. 

La Chine avait prévenu lundi qu’elle se « tenait prête » à répondre à une telle visite. Pékin a réitéré hier lors d’un point presse régulier sa « ferme opposition ». « Si les Etats-Unis s’obstinent à défier la ligne rouge de la Chine » avec cette visite à Taïwan, ils « feront face à de fermes mesures en réaction et devront en assumer toutes les conséquences », a averti un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian. Il répondait à une question sur des informations de presse selon lesquelles l’armée américaine augmenterait son activité en Asie-Pacifique en cas de visite de Nancy Pelosi. Ce potentiel déplacement à Taïwan n’est pour l’heure qu’une hypothèse et fait débat au sein même du gouvernement américain. 

Fait inhabituel, Joe Biden a lui-même noté la semaine dernière que l’armée américaine jugeait que cette visite n’était « pas une bonne idée ». La controverse est malvenue pour le président américain en raison de l’appel avec Xi Jinping, présenté comme imminent. 

 Les Etats-Unis, comme l’immense majorité des pays au monde, ne reconnaissent pas officiellement Taïwan. Mais ils soutiennent fortement l’île dont ils mettent en avant le statut « démocratique » et Washington est le plus important partenaire et fournisseur d’armes de Taipei. Voyant dans cet activisme américain une atteinte à sa souveraineté, la Chine a accru la pression contre Taipei ces dernières années

 Joe Biden avait provoqué la colère de Pékin en affirmant fin mai que les Etats-Unis interviendraient militairement pour soutenir Taïwan en cas d’invasion par la Chine. Il était revenu ensuite en arrière, affirmant son attachement à « l’ambiguïté stratégique ». 

R.I. avec AFP 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.