Lamamra se réunit avec le Groupe de haut niveau sur la sécurité : Défis politiques, sécuritaires et de développement dans le Sahel

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra a tenu, vendredi à New York, une réunion avec le Groupe de haut niveau sur la sécurité et le développement au Sahel, celle ci a été présidée par l’ancien président du Niger, Mahamadou Issoufou. Cette réunion entre dans le cadre de sa participation aux travaux de la 77e session de l’Assemblée générale de l’ONU. Les entretiens avec le président et les membres du Groupe ont été focalisés autour des défis politiques, sécuritaires et de développement dans la région sahélo-saharienne et les perspectives à décider pour y faire face.  Informant ses invités sur les efforts consentis par l’Algérie, Lamamra s’est également étalé sur la nécessité de «rétablir la paix et la stabilité et encourager le développement dans cet espace qui représente son voisinage direct». L’Algérie a lancé plusieurs initiatives aux fins  de consolider la coopération régionale et activer les mécanismes opérationnels entre les Etats de la région, celles-ci ont  été au menu des discussions entre Lamamra et les membres du Groupe. Les membres de ce Groupe, créé en collaboration entre l’ONU, l’Union africaine (UA) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ont été installés officiellement le 22 septembre. Dans son mandat, le Groupe de Haut niveau procédera à une évaluation indépendante et formulera des recommandations concrètes permettant de relever les défis auxquels font face les Etats de la région sahélo-saharienne et mobiliser les ressources nécessaires pour leur assurer une réponse durable. Présidé par l’ancien président du Niger, Mahamadou Issoufou, le groupe est composé de Donald Kaberuka, ancien ministre des Finances du Ruanda et ancien président de la Banque africaine de développement (BAD), de l’ambassadrice Leila Zerrougui, ancienne représentante du Secrétaire général de l’ONU et cheffe de la mission onusienne pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), de Sohoyata Maiga, avocate et ancienne présidente de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, et de Mohamed Ibn Chambas, ancien représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

Salim Abdenour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *