Stockage de la pomme de terre : Le SYRPALAC réactivé à Annaba

Pour le traitement des surplus des récoltes de la pomme de terre de la saison 2021/2022 et surtout pour réguler l’offre et la demande, le système de régulation des produits agricoles de large consommation (SYRPALAC) a été réactivé cette semaine dans la wilaya d’Annaba.

C’est dans la localité de Koudiet Merrah, commune d’Ain El Berda que la commission chargée de l’application du SYRPALAC a dressé un procès-verbal de fin de stockage des quantités de pommes de terre dans deux chambres froides de l’opérateur ‘’Frigomedit’’, apprend-on auprès de la Direction des services agricoles de la wilaya d’Annaba. L’opération s’inscrit dans le cadre du programme de régulation et de mise en réserve de ce tubercule pour répondre aux besoins de la consommation notamment durant l’arrière-saison soit entre août et novembre. Celle-ci a fait savoir que la démarche intervient en application du programme d’urgence arrêté par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, comme mesure pratique et ponctuelle pour solutionner la question des surplus de production de la pomme de terre directement destinés au stockage. L’opération est supervisée par une commission composée d’agronomes, de représentants de la direction des services agricoles (DSA) et de producteurs de différentes communes de la wilaya. Le processus est supervisé par le directeur régional de l’office national interprofessionnel des fruits et légumes avec la participation de la  SARL Ideal Brood spécialisée dans la gestion des chambres froides. Le système de régulation des produits agricoles de large consommation  est considéré comme étant le plus efficient, dans la mesure oùil oriente le surplus vers la constitution de stocks stratégiques pour contrôler le marché, et du coup assurer, voir  garantir un équilibre entre l’offre et la demande tout en  protégeant les revenus des producteurs. D’autres opérations vont suivre durant cette période afin de rendre efficiente la gestion de la filière pomme de terre pour le restant de l’année. Il est à souligner que la réactivation du SYRPALAC pour l’année en cours n’était pas prévue du fait de certaines déclarations ayant annoncé  la fin de ce système de régulation du marché des légumes. Effectivement, le directeur de la régulation et du développement des productions agricoles au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, Ali Zouba, avait annoncé en avril dernier l’arrêt d’utilisation de ce procédé de gestion. Le responsable avait fait comprendre que la régulation du marché se fera selon une nouvelle approche qui tiendra compte de nouveaux paramètres. Il avait ainsi vaguement parlé de nouveaux projets pour le renforcement des capacités de stockage avec la réalisation de nouveaux silos pour les céréales et des chambres froides pour les produits frais. Le SYRPALAC n’avait, selon ses détracteurs, aucun impact sur les prix suite au désengagement de nombreux agriculteurs estimant que le dispositif est peu rémunérant compte tenu des prix d’achat que leur proposent les organismes de stockage. Le cas de la pomme de terre serait, à ce propos, une   preuve irréfutable  de l’échec du SYRPALAC. Ce produit avait été cédé, dans certains marchés du détail  à des prix exorbitants, dépassant les 150 DA/kg , malgré l’annonce par le ministère de l’Agriculture d’une opération de déstockage de 20.000 tonnes, dès le printemps 2022.  Or, ni les prix ont baissé encore moins la qualité de ce produit de large consommation. En effet, l’effet yoyo du prix de la pomme de terre dans les marchés de la wilaya d’Annaba, variant entre 70 et 90 DA/kg, dénote d’une défaillance quelque part, dans le système.Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *