Le Maroc livré aux sionistes : Mohamed VI, un roi absent, appelé à « abdiquer »

L’ex-ministre marocain des droits de l’homme, Mohamed Ziane a appelé à  l’abdication du roi Mohammed VI . Cette déclaration diffusée sur les réseaux sociaux ne cesse de susciter des réactions sur la toile et au sein de la société marocaine.

L’absence du roi Mohammed VI suscite moult interrogations et questionnement de la part de l’opposition marocaine dont la mobilisation ne cesse de grandir et se radicalise à cause de la détérioration de la situation politique, économique et sociale du peuple marocain.Ces derniers temps, les choses ont pris une tournure gravissime à cause de la guerre de succession qui ne dit pas son nom au sein du Palais royal. Cela a impacté la situation politique du Maroc à telle enseigne qu’y compris les anciens ministres du régime marocain du Makhzen osent commenter cette grave situation et font des déclarations fracassantes sur  ce qui se déroule dans ce contexte politique particulier.

Le cas de l’ex-ministre des droits de l’Homme, Mohamed Ziane est édifiant. « Si le roi a envie de vivre sa vie, c’est son droit.. Nous voulons sortir de l’ambiguïté et nous voulons savoir qui gouverne le Maroc. Ce n’est pas Moulay Rachid parce que ce dernier se trouve aux Etats-Unis et en Angleterre », lance l’ancien ministre sur les réseaux sociaux.

Un signe de brouillamini qui frappe de plein fouet la classe politique marocaine et le régime du Makhzen qui essaye d’occulter par tous les moyens possibles ce qui se fait et se trame au sein du Palais royal sur fond d’une absence qui en dit long du roi impotent et la guerre secrète sur la succession et les tiraillements qui la caractérisent par clans interposés.

A ce propos, il a interrogé les responsables du Makhzen en soulignant « Est-ce que vous nous considérez comme des bêtes ? Quelle considération avez-vous pour nous ? Dites-nous ce qui se passe ! », a-t-il signalé.

Dans le même sillage, l’ex-ministre marocain des droits de l’Homme, Mohamed Ziane a fait allusion à un aspect qui entame la souveraineté du Maroc en soulignant que « voulez-vous nous prouver que la monarchie n’est pas indispensable ? Est-ce l’idée que vous voulez véhiculer ? C’est ainsi que je vois les choses », et d’ajouter « Pour l’instant, je ne souhaite pas donner des noms, je ne veux pas dire qui dirige le pays, l’économie, la sécurité, la politique », a-t-il affirmé.

Il est clair que l’allusion était adressée à l’entité sioniste à travers le Conseiller spécial du roi Mohammed VI, André Azoulay en l’occurrence. Ce Conseiller spécial du roi est connu pour ses accointances avec le Mossad. Cette donne a ouvert une brèche à l’intérieur de l’opposition marocaine qui appelle à entamer le changement du régime et mettre fin au Makhzen et ses alliés impérialo-sionistes.Le Makhzen est assiégé par le peuple qui ne cesse d’occuper la rue et mobiliser ses forces dans la perspective de faire tomber les accords de normalisation avec l’entité sioniste signés par le régime du Makhzen.La guerre de la succession, le marasme socio-économique qui impacte le quotidien du peuple marocain, sont autant de signes avant-coureurs qui risquent de précipiter la chute inéluctable de régime du Makhzen qui n’est maintenu que grâce sa vassalité aux sionistes et les puissances étrangères.

Rachid Nassouti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *