Annaba : Tensions au CHU Ibn Rochd

Rien ne va plus à l’hôpital Ibn Rochd d’Annaba où la tension continue de monter.En effet, après que les auxiliaires de santés  aient rallié les rangs de l’Union nationale de travailleurs algériens (UGTA) à Annaba, cee sont les cadres  qui demandent l’installation d’un directeur général parmi les spécialistes du CHU. Les auxiliaires de santé sont, après leur première action, passés à la vitesse supérieure pour revendiquer l’amélioration de leurs conditions de travail. Alors que les autres personnels dénoncent la marginalisation des compétences   capables de diriger la structure hospitalière. Pour cela, plusieurs spécialistes et médecins du Centre Hospitalier Universitaire Ibn Rochd  d’Annaba ont interpellé le ministre de la Santé pour mettre fin à la gestion de cet établissement public par « une personne ne remplissant pas les conditions requises pour occuper de telles fonctions », estiment-ils. Selon certains interlocuteurs parmi les professionnels de la santé, des médecins et des professeurs spécialistes entre autres, il existe  de compétences médicales et administratives en mesure et à la hauteur d’occuper le poste de directeur général de l’hôpital. Non sans dénigrer l’occupant du poste de DG, désigné en remplacement à son prédécesseur relevé de ses fonctions mais, « il s’agit d’une question de spécialité », nous dit-on. Nos interlocuteurs ont souligné que, l’ex-DG limogé était un professionnel de la santé. ‘’Ce qui n’est pas le cas pour l’occupant actuel du poste qui est un administrateur sans expérience’’, ont expliqué les mêmes interlocuteurs. ‘’ Au-delà s’ajoute l’absence de dialogue avec lui’’, ont-ils déploré. Les professionnels de la santé, des médecins et des professeurs spécialisés se disent vouloir évoluer dans un climat de santé scientifique et non administratif, comme c’est « le cas depuis la désignation de cet administrateur, dont l’intérim n’a que trop duré ». « Depuis sa prise de fonctions, les conditions de travail se sont de plus en plus dégradées », nous dit-on. Une dégradation dénoncée par les auxiliaires de santé, les réanimateurs et les anesthésistes en l’occurrence. Ces derniers qui outre cette situation, ont soulevé les conditions de permanence  et d’une meilleure la formation. En effet, juste après avoir adhéré à l’UGTA, les auxiliaires de santé ont aussitôt exposé leurs préoccupations au SG de la section syndicale de l’hôpital Ibn Rochd. Des préoccupations qui selon eux, entravent la bonne exécution de leurs obligations professionnelles. Il a été question lors de cette rencontre, de l’amélioration des conditions de permanences qui durent  24h. Il a également été question du manque de moyens matériels nécessaires pour le travail. Autres préoccupations soulevées par les auxiliaires de la santé, le retard des promotions (grades) et de la formation continue, sachant que la formation a lieu une fois par an, ce qui nécessite un suivi de l’administration dans ce volet, afin d’améliorer le niveau et la performance de leurs tâches au niveau des services chirurgicaux. Pour sa part le SG de la section syndicale,  s’est engagé  à transmettre toutes ces préoccupations au Directeur Général pour une prise en charge dans les plus brefs délais compte tenu de la sensibilité des tâches de cette catégorie de travailleurs. Surtout  que les tâches des auxiliaires de la santé, sont directement liées aux différentes opérations chirurgicales, notant que le Centre Hospitalier Universitaire d’Annaba compte plus de 50 assistants anesthésistes  et  réanimateurs.

S. Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *