Note de la Banque mondiale sur la gouvernance technologique : La fracture numérique se creuse dans le monde

Un récent rapport de la Banque mondiale met en lumière l’aggravation dela fracture numérique entre le pays les plus riches et les plus pauvres.Selon le dernier indice de maturité GovTech (GTMI), les inégalités numériques dans le monde se creusent.Le GTMI – lancé par le pôle mondial d’expertise en Gouvernance de la Banque mondiale en 2020 et mis à jour cette année – vise à aider les gouvernements à opérer cette transformation.

La nature de la fracture numérique est complexe et sujette à discussion, et sa mesure sur la base d’indicateurs pertinents n’est pas une tâche aisée. C’est pourquoi la Banque mondiale a créé un outil systématique pour la mesurer, au moyen d’un indice fondé sur des informations objectives. Les données du GTMI 2022, collectées auprès de 135 pays à l’aide de 48 indicateurs, donnent un aperçu des progrès et des lacunes en matière de transformation numérique du secteur public et orientent les décisions politiques.

Des avancées dans un contexte d’élargissement de la fracture numérique. Le score moyen mondial du GTMI a augmenté en raison d’améliorations substantielles des systèmes gouvernementaux essentiels, des infrastructures numériques partagées, des plateformes de prestation de services et de la mise en œuvre de la plupart des facilitateurs GovTech dans les pays très performants (environ 60 % des 198 économies). En revanche, les autres pays n’enregistrent que peu de progrès dans les mêmes domaines en raison de politiques et de ressources insuffisantes.

Une augmentation globale du nombre d’économies ayant amélioré leur maturité GovTech dans les différents groupes. En 2022, 136 pays sur 198 (69 %) restent dans leur groupe GTMI par rapport à 2020, tandis que 52 économies (26 %) montent d’un niveau et 10 autres (5 %) redescendent au niveau inférieur.Les économies des régions Europe et Asie centrale, Asie du Sud, Moyen-Orient et Afrique du Nord, et Amérique latine et Caraïbes ont généralement enregistré des scores GTMI plus élevés, tandis que celles des régions Afrique, puis Asie de l’Est et Pacifique ont enregistré les scores les plus faibles.

La maturité GovTech est plus élevée dans les pays à revenu élevé. Les économies à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure dominent dans les groupes plus avancés (respectivement 58 et 26 %), alors que seulement 16 % des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et à revenu faible sont représentés. Inversement, environ 40 % des économies les moins performantes sont des pays à revenu faible. La corrélation entre le revenu et la maturité GovTech implique que l’affectation de ressources adéquates aux activités GovTech est essentielle à la transformation numérique du secteur public.Bien que les services publics en ligne aient enregistré le score moyen le plus élevé, la participation des citoyens et la remontée d’informations obtiennent le score le plus faible, ce qui indique que les économies ont davantage tendance à se concentrer sur la prestation des services publics.

R.E.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *