Centre des archives nationales : La protection des archives en question

Le conseiller du président de la République chargé des archives et de la Mémoire nationale, M. Abdelmadjid Chikhi, a affirmé hier que la protection des archives contre les catastrophes est « une des plus grandes préoccupations de chaque institution qui veille à la protection des archives et leur préparation pour les chercheurs ».

Dans une allocution prononcée à l’occasion d’une journée d’information sur la protection et la sécurisation des documents d’archives contre les catastrophes naturelles et humaines a organiséepar le Centre des archives nationales en vue de sensibiliser aux dangers qui menacent les documents d’archives et les moyens de leur protection, M. Chikhia insistésur « l’importance du document et le risque de leur perte », notamment en ce qui concerne les documents uniques difficiles à récupérer.M.Chikhi a mis l’accent, en outre, sur « l’impératif de poursuivre la campagne de sensibilisation en associant tous les acteurs pour toucher le simple citoyen, notamment en ce qui concerne les documents historiques qui représentent notre patrimoine et notre identité ».De son côté, le directeur des archives nationales, Mohamed Tiliouine, a affirmé que la préservation des documents d’archives constitue « la principale préoccupation du Centre, et ce, en suivant des étapes, des procédures et des mesures pour la protection de ces documents et leur valorisation pour qu’ils soient prêts pour la recherche scientifique en tant que matière pour les historiens ».Pour ce faire, le centre « adopte plusieurs démarches conformément à la réglementation et aux lois en vigueur pour garantir leur préservation contre tous les risques naturels et humains », a-t-il précisé.Concernant la numérisation des archives nationales, M. Tiliouine a fait savoir qu’elle figurait parmi « les programmes stratégiques dans ce domaine qui vise à protéger les documents contre l’utilisation abusive et certains risques humains », soulignant que l’opération « était en cours au niveau du Centre des archives nationales ».

R.N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *